A

Action

Une action est un titre de propriété qui représente une partie du capital d’une société. Lorsque cette société est "cotée", l’action peut être achetée et revendue en bourse. Le prix de l’action, son "cours", dépendra alors de l’offre et de la demande pour cette action, qui varie selon la situation et les perspectives de croissance de la société. 
Les actions sont conservées sur un compte-titres

 

B

Bon de caisse

Un bon de caisse est une sorte d’obligation émise par une institution financière. Comme l’obligation, le bon de caisse est caractérisé par une date d’échéance et un taux d’intérêt. Sa valeur faciale est identique à sa valeur d’émission. 
Les intérêts du bon de caisse sont soit versés périodiquement, soit capitalisés et payés à l’échéance, en même temps que le remboursement de la valeur faciale. Ils sont soumis au précompte mobilier de 30%. 
Les bons de caisse sont conservés sur un compte-titres

Bourse

Une Bourse est un marché officiel, non concret, sur lequel se négocient des titres. Des entreprises, des investisseurs et des gestionnaires de fonds y vendent et achètent des obligations, des bons de caisse, des actions, ainsi que des matières premières (telles que l’or).

Ils doivent toujours êtes cotés auprès d’une Bourse pour pouvoir négocier des titres.

C

Capitalisation

Lorsque vous investissez dans un bon de caisse, vous pouvez choisir de toucher votre rendement sur une base annuelle (distribution) ou seulement à l’échéance du bon (capitalisation). Si vous optez pour la capitalisation, votre rendement viendra s’ajouter au capital initialement investi, de sorte qu’il vous rapportera également des intérêts dès l’année suivante. Autrement dit: vous percevez des intérêts sur les intérêts que vous devriez toucher chaque année. 

Vous pouvez également investir dans des fonds de capitalisation. Ces derniers ne distribuent pas de dividendes, mais réinvestissent vos revenus. 

Carte de crédit

À l’instar d’une carte de débit, une carte de crédit vous permet de régler vos achats. Toutefois, le montant de vos achats n’est pas déduit directement de votre compte à vue. Il ne l’est que plus tard, à une date souvent prédéterminée. Avant d’obtenir une carte de crédit, vous devez signer une convention de crédit.

Exemples de cartes de crédit: Visa, Mastercard et American Express.

Pour quoi utiliser une carte de crédit?

  • Pour vos paiements: contrairement à la carte bancaire ordinaire, la carte de crédit est acceptée presque partout dans le monde. Vous pouvez l’utiliser pour vos achats sur Internet.
  • Pour vos retraits d’argent: votre carte de crédit vous permet de retirer de l’argent aux distributeurs automatiques. Attention: ces opérations sont souvent payantes.

Caractéristiques de la carte de crédit

  • Limite de dépenses: la limite de dépenses par défaut s’élève à 1.250 euros. Vous pouvez la faire augmenter temporairement pour vos vacances à l’étranger, par exemple. Demandez à votre banque à combien s’élève votre limite et de quelles possibilités supplémentaires vous disposez.
  • Délai de paiement: les dépenses que vous effectuez à l’aide de votre carte de crédit ne sont comptabilisées qu’une fois par mois. Veillez donc à ce que votre compte à vue soit toujours suffisamment approvisionné. Si le montant dépensé est supérieur au solde de votre compte à vue, vous passez en négatif et devez payez des intérêts.
  • Sécurité: vous avez moins d’argent liquide sur vous et vous devez systématiquement confirmer vos paiements à l’aide de votre code secret.
  • Assurance: certaines cartes assurent automatiquement vos paiements ou votre voyage, par exemple. Informez-vous au préalable sur l’ensemble de vos avantages.
Carte de débit

Une carte de débit – ou carte bancaire – est une carte de paiement avec laquelle vous pouvez régler vos achats, retirer de l’argent ou effectuer des opérations. Votre carte de débit est généralement payante, mais certaines banques la proposent gratuitement à l’ouverture d’un compte à vue gratuit.

1.     Régler des achats

Pour payer, c’est très simple: il vous suffit d’introduire votre carte de débit dans le terminal de paiement à la caisse, de composer votre code secret et vos achats sont réglés. Après votre paiement, le montant est directement débité de votre compte à vue et transféré vers le compte du commerçant.

Vouz pouvez utiliser votre carte de débit chez des millions de commerçants, en Belgique comme à l’étranger.

2.     Retirer de l’argent

Vous pouvez retirer de l’argent à tous les distributeurs de billets de Belgique. Vous partez en voyage? Assurez-vous au préalable que vous pourrez également retirer de l’argent sur place. C’est possible dans de nombreux pays d’Europe, mais pas partout.

3.     Effectuer des opérations

Avec votre carte de débit, vous pouvez aussi imprimer vos extraits de compte, introduire des virements, consulter le solde de votre compte… Vous pouvez le faire de chez vous, via votre pc-banking, ou dans votre agence bancaire, à un Self’Desk.

Caractéristiques de la carte de débit:

  • Disponibilité: vous disposez d’argent 24h/24.
  • Sécurité: impossible pour un inconnu de payer avec votre carte de débit puisqu’il faut votre code secret.
  • Limites d’utilisation: le montant journalier ou hebdomadaire des retraits ou paiements autorisés avec votre carte de débit est limité. Renseignez-vous auprès de votre banquier.
Compte à terme

Si vous pouvez vous passer d’une partie de votre épargne pendant un certain temps, vous pouvez opter pour un compte à terme. Dans ce cas, votre épargne est immobilisée pour une durée préalablement convenue. Cela signifie que votre argent est indisponible pendant toute la durée du placement. Le taux d’intérêt est lui aussi défini au préalable. Il reste le même jusqu’à la date d’échéance. Soit vous recevez vos intérêts à intervalles réguliers, soit ils sont capitalisés et versés à l’échéance. Ils sont quoi qu’il en soit soumis au précompte mobilier de 30%.

 

Compte épargne réglementé

Le compte épargne réglementé est un compte en banque sur lequel, vous (l’épargnant) pouvez déposer vos avoirs en échange du paiement d’un intérêt composé d’un taux de base et d’une prime de fidélité. Par "réglementé", il est sous-entendu que d’une part, votre compte respecte les prescriptions légales en matière de comptabilisation des versements et retraits et de calcul des intérêts et que d’autre part, il bénéficie en échange de l’exonération des intérêts perçus à hauteur de 1.880 euros par contribuable (revenus de 2013).

Compte-titres

Vous désirez investir dans des actions, des obligations, des bons de caisse ou des fonds? Vous avez alors besoin d’un compte-titres dans lequel conserver tous vos placements.

Auparavant, à la souscription d’un tel placement, vous receviez toujours un titre de propriété sur papier. Mais en cas de perte ou de vol, la personne en possession dudit titre pouvait facilement en percevoir le capital et les intérêts à l’échéance. Pour éviter de tels cas de figure, vos titres sont désormais conservés en toute sécurité sur un compte-titres.

Caractéristiques:

  • Comme tout autre compte, un compte-titres possède un numéro de compte IBAN.
  • Vos placements apparaissent dans votre compte-titres dès la souscription.
  • En règle générale, les dividendes et intérêts liés à votre placement sont versés sur votre compte-titres.
  • Vous recevez à intervalles réguliers (par courrier ou via votre pc-banking) des extraits de compte reprenant un aperçu de vos placements.
  • Vos titres sont garantis jusqu’à 20.000 euros grâce au système de protection des dépôts.
Crédit pont

Vous possédez déjà une maison ou un appartement, mais vous avez des vues sur une autre habitation? Vous pouvez alors recourir à un crédit pont. En effet, comment financer autrement votre nouvelle habitation si vous n’avez pas encore vendu l’ancienne?

Le principe d’un crédit pont est simple: vous empruntez auprès de votre banque un montant destiné à l’achat de votre nouvelle habitation. Ensuite, entre le début du crédit et la vente de votre ancienne habitation, vous remboursez uniquement les intérêts sur le capital emprunté. Enfin, dès que votre propriété est vendue, vous remboursez le capital emprunté. De cette façon, vous ne devez pas vous soucier d’un manque d’argent temporaire.

Caractéristiques d’un crédit pont:

  • La durée varie d’une banque à l’autre. En général, elle oscille entre 1 et 2 ans.
  • Vous parvenez à vendre votre habitation plus tôt que prévu? Vous pouvez alors rembourser votre capital anticipativement.
  • Souvent, différentes formules de remboursement vous sont proposées. Par exemple, rembourser les intérêts pendant la durée du crédit pont ou juste à son échéance.
CVC

Le code CVC (l’abréviation de "Card Verification Code") se trouve au verso de votre carte de crédit, juste sous la bande où figure votre signature. Il s'agit des trois derniers chiffres du code comptant sept chiffres. Ce code constitue un contrôle supplémentaire pour éviter l'utilisation de votre carte par une personne non autorisée.

D

Domiciliation SEPA

Dans le cadre d’une domiciliation SEPA, vous autorisez un fournisseur à encaisser ses factures directement auprès de votre banque. Auparavant, ce n’était possible qu’au niveau national. Mais depuis le 1er février 2014, ça l’est aussi en Europe, au sein de la zone SEPA. Il faut donc désormais parler d’une domiciliation SEPA ou d’une domiciliation européenne.

Protection renforcée depuis le 1er février 2014:

  • Le montant qui a été prélevé sur votre compte n’est pas correct? Votre compte a été débité sans votre autorisation? Dans ce cas, vous avez, à partir du moment où votre compte est débité, 8 semaines – contre 48 heures auparavant – pour contester le paiement effectué et réclamer son remboursement.
  • Vous avez annulé une domiciliation et votre fournisseur continue malgré tout à prélever de l’argent sur votre compte? Vous avez alors 13 mois pour réclamer le remboursement des montants prélevés.
Durée

La durée d’un placement est la période pendant laquelle il court. Ainsi, si vous effectuez un placement en janvier 2014 et que sa date d’échéance est fixée à janvier 2019, sa durée est de 5 ans.

 

Déflation

La déflation est l’inverse de l’inflation. La déflation est une baisse continue des prix. Lorsque les salaires restent identiques, la déflation veille à ce que le pouvoir d’achat augmente. Autrement dit, il vous faut toujours moins d’argent pour acheter la même chose. Ou encore, la même somme vous permet d’acheter de plus en plus. Il est alors question de revalorisation monétaire.

Exemple: un lecteur MP3 qui coûte aujourd’hui 100 euros peut, en raison d’une déflation, ne plus revenir qu’à 95 euros, voire 10 euros en cas de déflation grave.

Vous vous demandez peut-être pourquoi des prix en baisse peuvent poser problème. Qui ne souhaite pas que son argent vaille davantage? Arrêtez de rêver: la déflation a un impact négatif sur l’économie. En effet, les achats sont reportés dans l’attente d’une nouvelle baisse des prix. Cette attente fait chuter le chiffre d’affaires des entreprises ainsi que la demande en matières premières. De plus, le chômage augmente. Tout ceci peut entraîner une récession de l’économie. Voilà pourquoi la déflation est évitée autant que possible.

Déflation et épargne

  • L’épargne est attrayante parce que le montant épargné prend de la valeur.
  • Mais beaucoup épargner et peu consommer n’est pas bon pour l’économie.

Déflation et prêt

  • La déflation est favorable aux personnes qui prêtent.
  • La déflation n’est pas favorable aux personnes qui empruntent. En réalité, l’argent à rembourser a plus de valeur que l’argent emprunté.

Le taux d’intérêt réel augmente: en raison de la déflation, le montant à rembourser prend plus de valeur que le montant reçu au moment du prêt.

Dématérialisation

Depuis le 1er janvier 2008, les titres (actions, obligations, bons de caisse et fonds) sont dématérialisés. Cela signifie qu’ils ne sont plus ni délivrés ni conservés physiquement, en version papier. Auparavant, à la souscription d’un titre, vous receviez toujours des coupons papier nominatifs ou au porteur. La personne qui trouvait votre coupon et le présentait à la banque pouvait dès lors encaisser votre apport et ses intérêts. Avec ce système, des actes de fraude (fiscale) pouvaient aussi être commis. Pour ces raisons, notamment, vos titres doivent désormais toujours être dématérialisés et conservés de façon électronique sur un compte-titres, à votre nom. Votre banque verse leurs revenus directement sur votre compte-titres.

 

F

Fonds indiciel

Avec un fonds de placement classique, le gestionnaire tente de prendre l’avantage sur le marché ou ce qu’on appelle un "benchmark". Il s’agit d’un indice de référence sur le marché, auquel le gestionnaire confronte les performances de son portefeuille de placements. En Belgique, l’indice de référence est le BEL 20.

Un fonds indiciel fonctionne différemment. Au lieu de tenter de prendre l’avantage sur le "benchmark" ou indice de référence, il suit cet indice en l’imitant. L’investisseur qui opte pour ce type de placement reçoit dès lors le rendement annuel de cet indice.

Exemple: le BEL 20 compte 20 actions. Un fonds indiciel qui reflète cet indice investit dans ces 20 actions. Le rendement de l’investisseur correspond donc à celui du BEL 20.

Il est facile d’imiter le BEL 20, car il ne comporte que 20 actions. Mais certains fonds indiciels en comptent bien plus. Prenez le S&P 500 et ses 500 actions. Imaginez-vous maintenant devoir gérer chacune d’elles séparément… une tâche impossible et coûteuse. Heureusement, vous pouvez acheter le fonds indiciel S&P 500, à tout moment et en une seule transaction, et suivre ainsi l’évolution de ses 500 actions.

Avantages d’un fonds indiciel

  • Simplicité: un fonds indiciel effectue toutes les transactions pour vous. De nombreuses personnes investissent dans des fonds indiciels. Les gestionnaires disposent dès lors des moyens financiers nécessaires à l’achat de tous les titres (actions et obligations, par exemple) d’un indice.
  • Frais minimums: dans le cas d’une gestion active, les transactions d’achat et de vente coûtent de l’argent. Pour un placement indiciel, elles sont limitées autant que possible, ce qui engendre des frais moindres. De plus, les gestionnaires de fonds indiciels bénéficient de tarifs plus avantageux que les investisseurs particuliers.
  • Transparence: l’investisseur sait dès le début qu’il bénéficiera du rendement du marché, car son fonds indiciel reflète l’indice.

G

Garantie des dépôts

En 2010, à la suite de la crise financière qui a éclaté en 2008, l’Europe a décidé d’instaurer un dispositif de garantie des dépôts. Selon la directive européenne, cette garantie se porte à 100.000 euros maximum par personne (et par banque).

Elle s’applique à la totalité des avoirs déposés sur des:

  • Comptes à vue
  • Comptes épargne
  • Comptes à terme
  • Bons de caisse (s’ils sont conservés sur un compte-titres)
Gestionnaire de fonds

Vous pouvez investir vous-même en suivant la Bourse de près. Vous tentez alors d’acheter et de revendre des actions et obligations au meilleur moment, afin de prendre l’avantage sur le marché.

Si vous faites appel à un gestionnaire de fonds, vous ne devez pas être à l’affût des tendances. Ce professionnel s’en chargera pour vous. Il est responsable de la stratégie générale de placement, de la gestion et des performances du fonds.

Si vous investissez dans des fonds indiciels, le gestionnaire s’occupera de leur gestion de A à Z.

H

Hypothèque

Hypothéquer votre bien immobilier consiste à utiliser ce bien comme garantie du remboursement de votre emprunt. Si vous (l’emprunteur) ne respectez pas vos engagements, votre créancier aura la possibilité de saisir l'immeuble, de le faire mettre en vente et d’obtenir le remboursement de sa créance sur le produit de la vente. Il pourra aussi récupérer tous les frais avancés. 
Vous conservez la jouissance du bien hypothéqué: vous pouvez l’occuper, le mettre en location ou y effectuer tous les travaux que vous souhaitez. Vous ne pouvez bien sûr pas le mettre en vente, à moins d’utiliser le produit de la vente pour rembourser votre créancier. 

I

Indice

L’indice est la référence à laquelle les investisseurs confrontent les performances de leurs placements. Ce nom collectif désigne la moyenne de toutes les actions importantes cotées en Bourse. En Belgique, le BEL 20 est l’indice de référence. Aux États-Unis, il s’agit du Dow Jones ou du S&P 500.

Inflation

Le terme inflation est surtout utilisé pour indiquer une diminution du pouvoir d’achat.

L’inflation est une augmentation continue du prix des biens de consommation. Cette augmentation s’exprime en un pourcentage: le taux d’inflation. Si vous lisez que "l’inflation a de nouveau augmenté", comprenez que tout est devenu plus cher.

Étant donné que les prix augmentent, la valeur de l’argent et donc le pouvoir d’achat diminuent. Autrement dit, il vous faut toujours plus d’argent pour acheter la même chose. Ou encore, la même somme vous permet d’acheter de moins en moins. C’est pourquoi l’inflation est aussi appelée dépréciation ou érosion monétaire.

Exemple: imaginez que vous avez payé 100 euros en 2012 pour un lecteur MP3. En 2014, ce même lecteur MP3 coûte 110 euros. L’inflation liée à ce produit est donc de 10% sur 2 ans.

Une inflation de 2 ou 3 pour cent par an est considérée comme acceptable. Mais une forte inflation rapide peut mener à une crise monétaire.

Inflation et épargne

  • Pour l’épargnant, l’inflation représente en fait un rendement négatif. Lorsque le taux d’intérêt d’un compte d’épargne (par exemple 2%) est inférieur à l’inflation (par exemple 3%), l’épargnant subit une perte, à terme. Parce que dans ce cas, le pouvoir d’achat de la somme épargnée a diminué.
  • Pour que le pouvoir d’achat ne diminue pas, le taux d’intérêt nominal doit être supérieur à l’inflation. Dans ce cas, le taux d’intérêt réel est positif.

Inflation et prêt

  • L’inflation est favorable aux personnes qui empruntent. Lorsque vous devez rembourser un emprunt, le montant de votre remboursement devient, en termes de pouvoir d’achat, moins important que le montant qui vous a été prêté. Parce que dans ce cas, le taux d’intérêt réel lié au prêt est inférieur au taux nominal.

Mais une inflation qui se maintient provoque aussi une augmentation du taux d’intérêt. Dans ce cas, il devient plus coûteux d’emprunter.

L

Les quatre piliers des pensions

Pour préparer sa pension, le futur pensionné peut compter sur quatre sources futures de revenus, appelées les quatre piliers: 

  • Le premier pilier est constitué par la pension légale: il dépend des cotisations sociales versées au cours de votre carrière.
  • Le deuxième pilier dépend de  votre employeur (ou du travailleur lui-même s’il est indépendant). L’employeur peut en effet conclure une assurance de groupe au bénéfice de ses travailleurs; quant à l’indépendant, il peut souscrire une pension libre complémentaire d’indépendant (PLCI). L’État octroie un avantage fiscal à ces différentes formules afin de les encourager. 
  • Le troisième pilier dépend uniquement du travailleur: il s’agit de votre effort d’épargne personnel, agrémenté d’un petit coup de pouce fiscal. Il concerne les assurances-vie fiscales et les plans d’épargne-pension. 
  • Le quatrième pilier résulte de vos efforts d’épargne individuels sans soutien fiscal: il peut s’agir d’un compte épargne ou de placements financiers. De nombreux analystes considèrent qu’être propriétaire de son logement constitue aussi une démarche de préparation de la pension dans le cadre du quatrième pilier. 
Ligne de crédit

Une ligne de crédit est une facilité octroyée par votre banque. Elle vous permet d’être temporairement en négatif sur votre compte à vue. 

Caractéristiques de la ligne de crédit

  • Limite de dépenses: elle varie d’une banque à l’autre. En principe, votre découvert peut aller jusqu’à 1.250 euros.
  • Délai de remboursement: en règle générale, le solde de votre compte à vue doit repasser à 0 euro au moins une fois par mois.
  • Intérêts: vous ne payez des intérêts que si vous passez en négatif.
  • Conditions d’acceptation: comme son nom l’indique, une ligne de crédit est un crédit. Votre banque doit donc accepter votre demande au préalable.

M

Marché primaire

Lorsqu’une entreprise ou une société a besoin d’argent, elle peut s’adresser à des investisseurs plutôt que d’emprunter à la banque. Il s’agit là du marché primaire. Les sociétés y émettent leurs obligations, grâce à l’intervention d’une ou plusieurs banques. De manière générale, seuls des investisseurs professionnels achètent des obligations sur le marché primaire, mais il arrive également que des particuliers participent à une offre publique. Vous ne devez pas payer de frais supplémentaires si vous achetez une obligation sur le marché primaire

Marché secondaire

Se négocient surtout sur le marché secondaire des actions ou obligations qui se sont déjà vendues sur le marché primaire. Il s’agit en quelque sorte d’un "marché de l’occasion". Si par exemple, vous voulez acheter ou vendre des actions ou obligations, vous le faites sur le marché secondaire. Ces obligations sont donc déjà cotées en bourse.

Quelques caractéristiques du marché secondaire:

  • Intermédiaire financier: vous achetez presque toujours votre obligation par l’intermédiaire d’un banquier ou agent.
  • Frais: contrairement aux achats et ventes sur le marché primaire, les achats et ventes sur le marché secondaire s’accompagnent de frais de transaction à payer à votre intermédiaire financier (p. ex. votre agent).
  • Prix: le prix que vous payez pour votre obligation obéit à la loi de l’offre et de la demande. Plus il y a d’intéressés, plus le prix augmente, et inversement.

O

Obligation

Une obligation est un titre de créance qui représente une fraction d’un emprunt contracté par une entreprise ou un pouvoir public. Cet emprunt est caractérisé par: 

  • Une date d’échéance: la date à laquelle aura lieu le remboursement du capital emprunté.
  • Une valeur faciale (ou "pair"): le montant qui sera remboursé à l’échéance.
  • Un prix d’émission: le prix auquel l’obligation sera mise en vente sur les marchés lors de son émission. Il peut être inférieur (émission "sous le pair"), égal (émission "au pair") ou supérieur (émission "au-dessus du pair") à la valeur faciale. 
  • Un taux d’intérêt: appliqué à la valeur faciale, ce taux permet de calculer le montant des intérêts périodiques. Ces derniers sont soit versés à intervalles réguliers, soit payés en même temps que le remboursement du capital, à l’échéance de l’emprunt. 

Les obligations peuvent être achetées et revendues sur les marchés boursiers. Leur "cours" diffère de la valeur faciale: il dépend à la fois de la solidité financière de l’emprunteur et des taux d’intérêt en vigueur sur les marchés. Les intérêts perçus sur les obligations sont soumis au précompte mobilier de 30% (sauf le bon d’État "Leterme", qui bénéficie d’un taux réduit de 15%). Les obligations sont conservées sur un compte-titres.

Obligation d’État

Dans le cas d’une obligation émise par un État, vous prêtez de l’argent à ce dernier et recevez en échange des intérêts sur le montant prêté.

Caractéristiques:

  • Chaque obligation se voit attribuer une certaine durée. Vous connaissez ainsi sa date d’échéance à l’avance.
  • Vous connaissez dès lors le montant des intérêts que vous recevrez et la date à laquelle ils seront versés.
  • Chaque obligation d’État se voit attribuer une évaluation par des agences professionnelles (Fitch, par exemple), sur la base de la solvabilité de l’État concerné.
Ordre permanent

Un ordre permanent est un virement automatique d’un montant fixe ou variable à l’ordre d’un autre bénéficiaire. C’est vous qui décidez de la fréquence, du moment et du montant du versement. Idéal donc pour payer vos dépenses mensuelles fixes (comme un loyer) ou pour transférer de l’argent à dates fixes vers votre compte épargne. 

P

Placement indiciel

Le placement indiciel désigne le fait d’investir dans un fonds indiciel.

Portefeuille

Si vous investissez dans des actions, des fonds, des obligations ou des bons de caisse, vous disposez d’un "portefeuille de placement". Ce terme désigne l’ensemble des titres que vous avez achetés et qui sont conservés sur votre compte-titres.

Prime de fidélité

La prime de fidélité est la deuxième composante de la rémunération de votre compte épargne. Il s’agit d’un intérêt supplémentaire octroyé sur les montants qui restent pendant 12 mois sur votre compte à dater du lendemain du versement. Le taux de la prime de fidélité est garanti tout au long de cette période de 12 mois.

La prime de fidélité est cumulable avec le taux de base de votre compte épargne. Elle représente un moyen d’obtenir une meilleure rémunération pour votre épargne à plus long terme. 

Précompte mobilier

Le précompte mobilier est un impôt retenu par la banque (ou tout autre intermédiaire financier) sur le revenu de vos placements: 

  • Intérêts sur un compte à terme 
  • Intérêts sur un compte épargne
  • Intérêts sur des bons de caisse et obligations
  • Intérêts sur des bons d’État "Leterme"
  • Dividendes d’actions et de sicav de distribution
  • Dividendes de sicafi résidentielles

Depuis le 1er janvier 2017, le taux du précompte mobilier s’élève à 30% pour tous les revenus de vos placements. Notons cependant trois exceptions, auxquelles s’applique un taux de précompte mobilier de 15%:

  • les dividendes des sociétés immobilières réglementées dans la mesure où au moins 60% sont investis à des unités de soins et de logement adapté à des soins de santé;
  • les intérêts des bons d’État "Leterme";
  • les intérêts des comptes épargne réglementés, pour la partie qui excède 1.880 euros (revenus de 2016) par personne. La première tranche de 1.880 euros est exonérée de précompte mobilier.
Prêt à tempérament (PAT)

Un prêt à tempérament est un emprunt auprès de votre banque que vous remboursez en plusieurs fois. Il est toujours assorti de conditions définies au préalable et consignées par écrit: 

  • le montant: le montant total que vous empruntez
  • les intérêts: le montant d’intérêts que vous payerez en plus du montant emprunté
  • le délai de remboursement: le nombre de mois/années sur lesquels vous rembourserez le montant 
  • la périodicité de remboursement: dans le cas d’un prêt à tempérament classique, vous rembourserez le montant emprunté – intérêts compris – à la banque sur une base mensuelle. Dans certains cas, vous pouvez convenir d’un autre plan de remboursement, basé sur des paiements bimensuels par exemple.
  • le montant du terme: le montant de la mensualité (ou du terme dont vous aurez convenu) que vous rembourserez à la banque.

Tout contrat de crédit est accompagné d’un tableau d’amortissement. Ce tableau vous permet de savoir facilement où vous en êtes dans vos remboursements et combien vous devez encore à la banque. Attention: avant de pouvoir emprunter de l’argent, il faut que votre demande de crédit soit acceptée. Après que votre banque aura examiné si vous pouvez supporter la charge de remboursement, votre demande sera acceptée ou refusée. 

R

Rating de la banque

Le "rating" de la banque est une note de solvabilité attribuée à chaque banque lorsqu’elle émet des obligations. Elle indique, d’une part, si ces obligations sont sûres et stables, et d’autre part, si la banque peut respecter ses engagements de paiement à long terme. Cette note vous permet donc de vous faire une idée de la gestion de la banque (est-elle suffisamment saine ou non?). Les entreprises et les pouvoirs publics se voient également attribuer une notation lorsqu’ils émettent des obligations.

Trois organisations sont spécialisées dans le calcul et l’attribution de ces ratings: Moody’s, Standard & Poor’s et Fitch. Chacune d’entre elles utilise sa propre méthode pour évaluer la solvabilité des banques.

Le rating se compose toujours d’une ou plusieurs lettres, éventuellement suivie(s) d’un signe positif ou négatif. Il va de D (très peu fiable) à AAA (très fiable).

AAA ou AA+: il s’agit du meilleur score. Il est fort probable que la banque respecte ses engagements en matière d’obligations.

AA: la banque est très fiable.

A: la banque occupe encore une position très forte sur le long terme.

BBB: moins fiable. Le risque que la banque rencontre des problèmes de remboursement est plus élevé. Une forte variation de la conjoncture économique pourrait avoir des répercussions négatives sur la banque à long terme.

BB, B, CCC, CC et C: les obligations sont considérées comme étant risquées (BB) à très risquées (à partir de CCC). Les investisseurs professionnels emploient le terme "Non-investment Grade" ou même "Junk Bonds" pour les notations les plus mauvaises.

D: il s’agit de la pire note. La banque a fait faillite ou accuse un important retard de paiement.

Attention: ces scores sont attribuées par une organisation et n’offrent dès lors aucune garantie ni ne constituent aucune preuve sur le plan légal.

Rendement actuariel

Le terme de "rendement actuariel" – on parle parfois aussi de "internal rate of return" (IRR) – est utilisé pour exprimer le rendement réel d’un placement (tel qu’une obligation ou un bon de caisse à rendement croissant). En d’autres termes, il vous indique combien vous rapporte votre placement, en tenant compte de tous les facteurs ayant une incidence sur votre rendement.

Ainsi, lors de son calcul, il est tenu compte des 4 facteurs suivants:

  • le prix d’achat (pour une obligation, on parle de prix d’émission)
  • le prix de remboursement à l’échéance finale
  • le coupon (le montant de vos intérêts, mais aussi le moment auquel votre paiement a lieu)
  • la durée

Le rendement actuariel est exprimé sur une base annuelle.

Le calcul: quelques exemples

Mais comment le rendement actuariel d’un bon de caisse classique, d’un bon de caisse à rendement croissant et d’une obligation est-il effectivement calculé? Voyons-le ensemble avec quelques exemples. Attention: les chiffres utilisés ne le sont qu’à titre indicatif.

1er exemple: le bon de caisse classique

Vous souscrivez à un bon de caisse sur 3 ans à un prix de 100%, pour un montant de 1.000 euros et avec un coupon de 1,30%. Le coupon d’un bon de caisse est déterminé au moment de l’émission du bon et reste valable pendant toute sa durée. Chaque année, vous recevrez 13 euros (1,30% de 1.000 euros) et à l’échéance finale, vous toucherez 1.000 euros et le dernier coupon de 13 euros. Votre rendement actuariel aura été de 1,30%.

2e exemple: le bon de caisse à rendement croissant

Vous souscrivez à un bon de caisse à rendement croissant sur 3 ans pour un montant de 1.000 euros. Imaginons que ce bon de caisse à rendement croissant est assorti des taux suivants: 1,00% la première année, 1,25% la deuxième et 1,75% la troisième. Dans ce cas, vous recevrez donc 10 euros la première année, 12,50 euros la deuxième année, puis 1.000 euros et un coupon de 17,50 euros à l’échéance finale. Votre rendement actuariel aura été de 1,33%.

3e exemple: l’obligation

Vous souscrivez à une obligation de 1.000 euros sur 3 ans, assortie d’un prix de 101% et d’un coupon de 1,30%. Au lieu de payer 1.000 euros, vous devrez donc débourser 1.010 euros (101% de 1.000 euros). Chaque année, vous recevrez 13 euros (1,30% de 1.000 euros) et à l’échéance finale, vous toucherez 1.000 euros et le dernier coupon de 13 euros. Votre rendement actuariel, pour cette obligation, n’aura été que de 0,96%.

En résumé:

 

Bon de caisse classique

Bon de caisse à rendement croissant

Obligation

Montant souscrit

1.000 EUR

1.000 EUR

1.010 EUR (101%)

Coupon

1,30%

1,00% - 1,25% - 1,75%

1,30%

Durée

3 ans

3 ans

3 ans

Coupon

13 EUR chaque année

10 EUR la 1ère année

12,50 EUR la 2e année

17,50 EUR la 3e année

13 EUR chaque année

Rendement actuariel

1,30%

1,33%

0,96%

Vérifiez donc toujours le rendement actuariel de votre placement pour en connaître le rendement réel.

S

Service de mobilité interbancaire

Vous voulez transférer vos moyens de paiement (compte à vue, compte épargne, etc.) vers une autre banque en Belgique? C’est possible grâce au service de mobilité interbancaire, proposé gratuitement par toutes les banques. En l’occurrence, les banques règlent pratiquement toutes les formalités entre elles, vous évitant ainsi de crouler sous la paperasse. Ce service vous garantit également une continuité maximale au niveau des paiements entrants et sortants.

Votre ancienne banque et votre nouvelle banque se chargent gratuitement et dans un délai de 8 jours ouvrables de:

  • transférer tous vos ordres permanents, domiciliations et ordres de virement avec date d’exécution différée
  • liquider votre compte à vue auprès de votre ancienne banque
  • transférer le solde de votre ancien compte à vue vers votre nouveau compte à vue
  • faire annuler toutes vos cartes de paiement

Il vous suffit pour cela de compléter le formulaire du service de mobilité interbancaire. Il n’est plus nécessaire de vous rendre dans votre ancienne banque. N’oubliez toutefois pas d’informer les personnes qui vous font régulièrement des virements, que vous avez changé de banque. Votre agent bancaire peut même vous aider à le faire, si vous le souhaitez.

Sicav

Le terme "sicav" est en réalité l’abréviation de "société d’investissement à capital variable". Il désigne une société collective – ou un fonds ouvert – en Belgique qui effectue des investissements.

Une sicav investit dans des actions, des obligations, de la trésorerie ou d’autres produits. Toute personne souhaitant investir de l’argent, peut en acheter une ou plusieurs parts. Plus les investisseurs d'une même sicav sont nombreux, plus le patrimoine de cette sicav est important. Et inversement: plus les investisseurs demandent le remboursement de leur capital, plus le patrimoine de la sicav diminue.

On distingue 2 sortes de sicav:

  • les sicav de capitalisation: vous en recevez le rendement à l’échéance finale (voir aussi capitalisation);
  • les sicav de distribution: vous en recevez le rendement sur une base périodique (chaque année, par exemple).

Caractéristiques des sicav

  • Vous pouvez y entrer ou en sortir quand vous le voulez (avec ou sans frais supplémentaires).
  • Vous souscrivez à la sicav à sa valeur d’inventaire (ou à son "cours") du moment.
  • Vous pouvez investir simultanément dans plusieurs "compartiments" (les portefeuilles d’investissement des sicav).
Solvabilité

La certitude qu’une instance (banque, entreprise, pays) ou personne pourra rembourser son emprunt.

Quand vous introduisez une demande de prêt, la banque ou l’organisme de crédit examine toujours si vous serez capable de le rembourser correctement.

Voici les éléments que la banque et l’organisme de crédit analysent :

  • Avez-vous toujours remboursé correctement vos prêts par le passé?
  • Avez-vous d’autres emprunts en cours?
  • Disposez-vous de revenus fixes?
  • Dans le cas d’une instance: dispose-t-elle de moyens financiers suffisants pour financer le projet, par exemple? Sa situation est-elle saine?

À l’issue de cette analyse, si la banque conclut à votre solvabilité, votre prêt sera octroyé.

Stratégie d’investissement

La stratégie d’investissement vise la façon dont un investisseur tente d’obtenir un rendement à l’aide de son placement. Chaque investisseur, qu’il agisse en tant que particulier ou que professionnel, a sa propre stratégie d’investissement. À ce jour, nous en distinguons deux: les placements actifs et les placements passifs.

Un placement actif utilise un fonds classique. Les gestionnaires de ce fonds tentent de prendre l’avantage sur le marché. À l’affût des tendances, ils essaient d’acheter et de revendre des actions et obligations au meilleur moment.

Les investisseurs passifs procèdent différemment. Ils utilisent un fonds indiciel. Un fonds indiciel suit l’évolution du marché, sans essayer de prendre l’avantage sur lui. Au lieu d’avoir recours à un fonds de placement classique pour investir dans des actions et obligations d’une ou plusieurs entreprises, vous investissez dans toutes les actions et obligations d’un marché en particulier, qu’on appelle aussi un indice. Vous bénéficiez ainsi du même rendement que le marché. Et comme un fonds indiciel est facile à gérer, vos frais restent limités.

T

TAEG

Au moment où vous concluez un crédit à la consommation, le prêteur est légalement tenu d’en mentionner le TAEG (ou "taux annuel effectif global"). Exprimé en pourcentage, le TAEG indique à combien s’élèveront vos frais réels sur base annuelle. Il comprend non seulement les intérêts que vous remboursez, mais aussi les frais de dossier, la commission de l’intermédiaire de crédit ou encore l’éventuelle prime d’assurance obligatoire. Dans tous les cas, un prêteur ne pourra jamais vous compter plus de frais que ceux indiqués par le TAEG.

Taux de base

Le taux de base de votre compte épargne rémunère l’argent placé sur votre compte tout au long de l’année. Les intérêts sont calculés en fonction de la durée pendant laquelle chaque montant est resté placé sur votre compte épargne.

Ce taux d’intérêt est en principe fixe, mais il est régulièrement adapté pour refléter l’évolution du marché monétaire.

Contrairement à la prime de fidélité, le taux de base est acquis dès qu’une somme reste placée plus d’un jour sur votre compte. 

Taux d’intérêt nominal

Faisons simple: le taux d’intérêt nominal est le taux qui figure sur les affiches publicitaires des banques. Il représente le taux que vous devriez payer ou recevoir, si vous deviez payer ou recevoir des intérêts une seule fois chaque année. Ces taux existent donc tant pour l’épargne que pour les prêts.

Taux d’intérêt nominal et épargne

  • Le taux d’intérêt nominal est souvent un multiple de 0,05%. La banque majore votre épargne de ce taux et verse, en principe une fois par an, le montant égal à ce taux.
  • Exemple: vous disposez de 1.000 euros sur un compte épargne. Un taux nominal de 5% vous permettra donc de disposer l’an prochain de 1.050 euros.

Taux d’intérêt nominal et prêt

  • Le taux d’intérêt nominal est le taux dont vous avez convenu avec votre institution financière. Ce taux détermine le montant qui sera prélevé sur votre compte. En tant que client, il vous est possible de multiplier le montant de votre prêt par ce taux pour calculer votre dette.

Exemple: vous empruntez 1.000 euros à un taux nominal de 5%. Autrement dit, vous aurez payé 50 euros à la fin de l’année. Vous aurez payé 5% du montant emprunté à titre d’intérêts.

Taux d’intérêt réel

Le taux d’intérêt réel est en fait le taux effectif du pouvoir d’achat. Ce sont surtout les épargnants qui aiment connaître le taux réel de leur investissement. Ce taux détermine le résultat final de leur épargne.

Le taux d’intérêt réel tient compte de l’inflation. Le taux réel est égal au taux nominal diminué de l’inflation. Imaginons que le taux nominal s’élève à 5% par an et que l’inflation soit de 2% par an: le taux réel revient alors à (environ) 3%.
En période de déflation, il y a lieu d’ajouter la déflation au taux nominal pour obtenir le taux réel.

Taux d’intérêt réel et épargne

  • Le revenu de l’épargne et des placements doit toujours être considéré en fonction de l’inflation. Les épargnants ne se soucient pas uniquement du rendement nominal, mais surtout du rendement réel.
  • Exemple: vous disposez de 1.000 euros sur un compte épargne. Moyennant un taux nominal de 5%, ce montant s’élèvera à 1.050 euros l’an prochain. Mais si les prix augmentent l’an prochain de 4% à la suite de l’inflation, il vous faudra 1.040 euros pour acheter ce que vous aviez acheté 1.000 euros l’année précédente. Autrement dit, votre épargne sera moins importante que prévu. En raison d’une inflation de 4% et d’un taux nominal de 5%, votre taux réel n’est plus que de 1%. Vous ne pouvez donc augmenter vos achats que de 1% par rapport à l’année précédente.
  • En période de forte inflation, le rendement réel diminue et l’épargne devient alors moins attrayante.

Taux d’intérêt réel et prêt

  • L’importance d’une dette peut également être considérée à la lumière de l’inflation.
  • Exemple: vous empruntez 1.000 euros à un taux nominal de 5%. À la fin de l’année, il vous faudra payer 50 euros d’intérêts. Si les prix montent en raison de l’inflation, vos 50 euros auront perdu de la valeur. Exprimé en pouvoir d’achat, vous paierez moins que vous ne le pensiez.

C’est pourquoi, les candidats à l’emprunt sont nombreux en période d’inflation: les dettes sont moins chères par rapport au moment où le montant a été emprunté. Le taux réel est plus bas que le taux nominal.

Titres

Qui dit titres, revient à dire placements. En d’autres termes, les titres peuvent être des actions, des obligations, des bons de caisse ou des fonds.

V

Virement SEPA

Le 1er février 2014, le virement SEPA (ou virement européen) a remplacé pour de bon le virement national. Dans quel but? Simplifier et uniformiser les paiements en Europe, au sein de la zone SEPA. Désormais, les virements au sein de la zone SEPA sont effectués de la même manière et dans les mêmes délais de paiement que leurs équivalents nationaux.

Avantages:

  • Un bulletin rouge uniforme, identifiable par tous en Europe.
  • Une facilité d’utilisation: le talon détachable faisant office de preuve de paiement a disparu. Résultat: moins de travail pour vous.
  • Des paiements en maximum 3 jours ouvrables bancaires au sein de la zone SEPA: tous vos virements sont exécutés dans les 3 jours ouvrables bancaires. En Belgique, vous avez même la garantie que votre virement est exécuté en 1 jour ouvrable bancaire.

De quoi avez-vous besoin pour effectuer un virement SEPA?

  • Un bulletin rouge (si vous voulez effectuer votre virement sur papier)
  • Le code BIC de la banque de votre bénéficiaire
  • Le numéro de compte IBAN de votre bénéficiaire
  • Le nom de votre bénéficiaire

Z

Zone SEPA

La zone SEPA ("Single Euro Payments Area", l’espace unique de paiement en euros) a été créée en 2008. Son objectif? Uniformiser les paiements en Europe en utilisant partout les mêmes instruments de paiement: cartes bancaires, virements et domiciliations.

Le 1er février 2014 verra la disparition de la distinction entre paiements domestiques et paiements vers l’étranger. Fini le virement national. Nous devrons parler de virement européen. Les paiements seront alors simplifiés.