HomeGérer mon argentSaint-Nicolas et Père Noël insensibles à la crise

Saint-Nicolas et Père Noël insensibles à la crise

Selon une étude menée par ING, les Belges ont consacré ces dernières années un budget sensiblement identique aux cadeaux de Saint-Nicolas.

Cette année, 59% des Belges ont déclaré dépenser moins de 50 euros par enfant (ou petit-enfant) pour la Saint-Nicolas, tandis que 32% d’entre eux prévoyaient un budget compris entre 50 et 100 euros. Un budget qui reste stable en dépit du contexte économique. Et qui augmente même par rapport à 2011, où seuls 26% des Belges envisageaient un budget compris entre 50 et 100 euros et 63% prévoyaient moins de 50 euros pour les traditionnels cadeaux. La crise semble donc avoir épargné le Grand Saint, pour le plus grand plaisir de nos têtes blondes.

Père Noël plus généreux?

Le budget "cadeaux" de la Noël reste, quant à lui, sensiblement plus important que celui de la Saint-Nicolas. En effet, d’après une étude internationale menée par ING, le Belge moyen s’attend à dépenser près de 190 euros en cadeaux – pour toute la famille cette fois. Un budget plus élevé, mais qui reste inférieur à celui de certains de nos voisins, puisque les Français prévoient de dépenser près de 300 euros et les Anglais, près de 440 euros. Les Néerlandais, eux, prévoient à peine 25 euros! Ce qui différencie la Belgique et les Pays-Bas de leurs voisins est sans doute la popularité de la Saint-Nicolas, qui dépasse de loin la Noël en tant que fête familiale dans nos deux pays, et reste plus populaire chez nous qu’en France ou ailleurs.

Le Belge, moins préparé?

Cette deuxième étude a également révélé que les Belges étaient les moins préparés pour les fêtes de fin d’année. En novembre, plus de la moitié d’entre eux ne savaient pas encore combien ils souhaitaient dépenser à Noël. Mais ils étaient plus de 79% à être certain qu’ils ne dépenseraient pas plus que l’année précédente. Près de 25% de nos compatriotes épargnent cependant pour la Noël, dont 12% sur un compte séparé. Quant aux jeunes adultes, ils sont 4 sur 10 à épargner pour les fêtes. Qui a dit que la jeunesse dépensait sans compter?