HomeÉpargner malinQuelles assurances complémentaires choisir?

Quelles assurances complémentaires choisir?

Aujourd’hui, vous pouvez vous assurer contre presque tous les risques: assurance hospitalisation, assurance voyage, soins dentaires, incendie, responsabilité civile, décès… Comment choisir les couvertures adéquates?

Avant toute chose, rappelons le principe d’un contrat d’assurance. Il s’agit d’un contrat en vertu duquel un assureur s’engage envers un preneur d’assurance à fournir une prestation au cas où survient un événement incertain que ledit preneur n’a pas intérêt à voir se réaliser. L’engagement de l’assureur est rémunéré par une prime, fixe ou variable, qui dépend à la fois de l’ampleur du risque à couvrir et de la probabilité que ce risque se réalise.

Prestation financière ou autre

La prestation fournie par l’assureur peut être financière, mais elle peut aussi être d’une autre nature. Par exemple, lorsque vous souscrivez une assurance voyage, votre assureur prendra toutes les mesures nécessaires pour que vous soyez soigné et rapatrié, le cas échéant avec votre famille. Par contre, l’assurance responsabilité civile de votre voiture se contentera, si vous êtes déclaré en tort, de payer la facture de réparation du véhicule que vous aurez endommagé.

Quelles sont les couvertures les plus courantes?

Les assurances les plus courantes sont:

  • l’assurance responsabilité civile “auto”: c’est la seule couverture obligatoire. Elle sert à indemniser les victimes d’un accident dont vous seriez responsable en tant que conducteur.
  • l’assurance dégâts matériels “auto” (omnium ou mini-omnium): facultative, cette couverture intervient pour couvrir les dégâts subis par votre propre véhicule en cas d’accident, de vol, de vandalisme…
  • l’assurance responsabilité civile “familiale”: elle couvre tous les cas de la vie quotidienne où votre responsabilité civile pourrait être engagée. Quelques exemples: vous déchargez votre voiture et vous griffez le capot de la voiture garée derrière la vôtre; votre enfant, en jouant au football, brise la vitre de la maison d’en face; votre chat fait tomber un pot de fleurs sur le toit de la véranda du voisin…
  • l’assurance habitation: elle couvre, selon les cas, une série de dommages subis par votre maison.
  • les couvertures “protection juridique” liées aux assurances ci-dessus: ces couvertures supplémentaires vous permettent de faire appel à un avocat si vous souhaitez défendre vos droits dans le cadre de litiges liés aux risques couverts par ces assurances.
  • l’assurance hospitalisation: elle couvre les frais liés à une hospitalisation des personnes couvertes.
  • l’assurance “soins dentaires”.
  • l’assurance décès: en cas de décès de la personne assurée, l’assurance verse une prime à un bénéficiaire désigné dans le contrat. L’assurance solde restant dû (ASRD) est une forme particulière d’assurance décès dans le cas de crédits hypothécaires (et parfois d’autres formes de crédit).

Il existe encore bien d’autres formes d’assurances. Ainsi, les propriétaires d’animaux domestiques peuvent souscrire une assurance qui couvrira les frais de vétérinaire, les conducteurs peuvent souscrire une assurance qui couvrira les frais médicaux des passagers de leur voiture en cas d’accident, les musiciens et les collectionneurs peuvent assurer leurs biens les plus précieux contre le vol ou les dégâts…

Comment choisir?

Puisque seule l’assurance responsabilité civile "auto" est légalement obligatoire, la décision de vous assurer ou non vous revient entièrement. Gardez toutefois à l’esprit que la souscription d’une assurance particulière peut vous être imposée dans le cadre d’une relation contractuelle: par exemple, le propriétaire de l’appartement que vous louez peut vous imposer de prendre une assurance incendie.

Pour guider votre décision, trois éléments doivent entrer en ligne de compte:

  • le montant de la prime
  • les conséquences de l’événement contre lequel vous voulez vous assurer
  • la probabilité que cet événement se réalise

D’ailleurs, le montant de la prime dépend souvent des deux autres facteurs, dans la mesure où c’est sur leur base que l’assureur effectue ses calculs. Ensuite, tout est donc question de priorités.

De nombreux Belges, par exemple, souscrivent une assurance hospitalisation: le montant des primes est assez faible par rapport au coût que peut représenter une hospitalisation. C’est aussi le cas des couvertures contre les accidents de voyage: savoir que vous serez pris en charge en cas de problème à l’étranger et que vos dépenses médicales seront couvertes représente une sécurité qui vaut bien la modeste prime que vous réglez. Si la prime est faible, c’est parce que statistiquement, peu de vacanciers sont victimes d’un accident. Il en va de même pour les assurances incendie: le risque que votre domicile parte en fumée est relativement bas. En 2012, le nombre total d’incendies signalés par les services de secours s’élevait à 11.923: 9.388 (79%) dans les maisons unifamiliales et 2.535 (21%) dans les appartements. Un pourcentage peu élevé lorsqu’on sait qu’il y a près de 5 millions de logements dans le pays.

Pour une assurance responsabilité civile familiale, le calcul est plus complexe et dépend aussi de votre style de vie: si vous êtes célibataire et que vous vivez dans un appartement, vous risquez moins de voir votre responsabilité civile engagée que si vous avez trois enfants, un chien et deux chats! Il n’empêche: de nombreux Belges souscrivent cette couverture, dont la prime reste relativement modique en regard des risques encourus.

La franchise: une solution intéressante?

Lorsque vous hésitez à prendre une assurance, n’oubliez pas que beaucoup de formules peuvent être assorties d’une “franchise”. Il s’agit d’un montant sous lequel votre assurance n’interviendra pas: les dégâts restent à votre charge. De nombreuses assurances responsabilité civile familiales prévoient ce genre de couverture. Il est aussi possible de l’inclure dans une assurance “omnium” pour votre voiture. La franchise a en général pour conséquence de faire baisser le montant de la prime d’assurance. Vous pouvez ainsi vous couvrir uniquement pour les cas où vous estimez que votre épargne risque d’être mise en danger.