Home[node:category:name]Quand est-ce le bon moment d’acheter un bien immobilier?

Quand est-ce le bon moment d’acheter un bien immobilier?

“Mon épouse et moi envisageons d’acheter une maison. Est-ce une bonne idée de le faire maintenant? Ou devrions-nous attendre encore un peu? Quand est-ce, en fait, le bon moment d’acheter un bien immobilier? Et de quels facteurs cela dépend-il?" (Frank, 38 ans, Lokeren)

Alors que tous les paramètres économiques – ou presque – sont au rouge, la crise ne semble pas vraiment toucher le marché immobilier. Ces dernières années, une flambée du prix des logements a été observée et si cette envolée s’essouffle quelque peu, l’achat d’une maison requiert, aujourd’hui encore, un sérieux effort financier. Comment la situation va-t-elle évoluer? Nous l’avons demandé à Philippe Buffet, directeur commercial du site Immoweb.

Un marché stable

“Dans une optique de ‘long terme’, l’achat d’une maison est et reste une bonne idée”, explique Philippe Buffet. "Le passé a prouvé à maintes reprises que la brique constitue un bon investissement. D’ailleurs, à l’heure actuelle, le marché belge se porte plutôt bien. Les prix de l’immobilier ne sont pas excessifs et les taux sont relativement bas. Résultat: l’achat d’une maison est à la portée d’un large éventail de personnes. De plus, le marché fait preuve de stabilité. Le moment est donc idéal pour acheter un bien immobilier. Nous remarquons néanmoins que les banques sont à présent plus prudentes lors de l’octroi d’un prêt hypothécaire. Elles exigent en effet de sérieuses garanties. Mais je vois cela aussi comme un retour à la normale: ces dernières années, il était parfois trop facile d’obtenir un prêt."

Ne pas négliger les performances énergétiques

Si le moment est idéal pour se lancer, cela ne signifie pas pour autant qu’il faille acheter n’importe quoi. Philippe Buffet: "Dans les années à venir, l’état dans lequel les maisons se trouvent, aura de plus en plus d’importance. Surtout au niveau des performances énergétiques. Personnellement, je déconseillerais d’acheter une vieille maison en mauvais état ou très mal isolée, même à un prix intéressant. Les frais de chauffage ou l’investissement à consentir pour l’isoler correctement, seraient trop importants."

Stabilité aujourd'hui, et demain?

Philippe Buffet reste positif pour l’avenir, même s’il émet quelques réserves. "Il se pourrait que le marché se refroidisse quelque peu, oui. Mais je n’attends pas de forte baisse des prix d’ici à 5 ans. Depuis plusieurs années maintenant, la crise est sur toutes les lèvres. Mais dans l’immobilier, son impact n’a été que très limité. Le Belge est de nature prudente et il a beaucoup d’argent de côté, bien plus que ses voisins européens. De ce fait, la crise nous touche nettement moins. Mais attention, cela ne veut pas dire que nous sommes totalement immunisés contre cette crise. L’immobilier ne représente qu’une petite partie de notre économie. En outre, nous subissons de plus en plus les effets de la mondialisation. Des décisions prises à l’étranger sans que nous ne puissions rien y faire, peuvent avoir de lourdes conséquences pour notre pays."

Fini la spéculation

Philippe Buffet met également en garde les personnes achetant des biens immobiliers pour les louer ou à des fins de spéculation. "Elle est révolue, l’époque où l’on achetait une maison pour la revendre 2 ans plus tard en réalisant un gain de 20%. Les prix augmentent encore, certes, mais plus à un rythme aussi effréné. En outre, ces investisseurs ne doivent pas acheter n’importe quoi, eux non plus. Par exemple, acquérir une énorme villa à Uccle pour la louer à des fonctionnaires européens ne me paraît pas être un très bon choix, à l’heure actuelle. Le marché locatif pour ces profils spécifiques est très réduit. Les taux bas font qu’ils privilégient de plus en plus l’option ‘achat’. De plus, le mode d’habitat a changé: de nos jours, les logements sont plus petits et plus proches des centres urbains, de façon à pouvoir laisser la voiture au garage. La qualité de l’isolation est également devenue un critère important. Il s’agit là de nombreux facteurs dont il faut résolument tenir compte."

Lisez aussi: Toujours une brique dans le ventre

Posez votre questionRegardez toutes les questions