HomeEmprunterProtégez votre logis contre les cambrioleurs

Protégez votre logis contre les cambrioleurs

Face à l’augmentation des cambriolages dans notre pays, il est plus que jamais indispensable de sécuriser sa maison. Une démarche qui n’est pas nécessairement coûteuse.

Selon les dernières statistiques, le nombre de cambriolages enregistrés par les services de police au premier semestre de 2012 est en hausse de 10,8% par rapport au premier semestre de 2011. Il existe cependant de nombreux moyens de protéger votre domicile contre les cambrioleurs. Ces mesures ne sont d’ailleurs pas nécessairement coûteuses.

Première étape: contacter un conseiller

Pour déterminer la meilleure manière de sécuriser votre maison, vous pouvez bénéficier d’une aide gratuite près de chez vous. Dans chaque commune, vous trouverez en effet un ou plusieurs conseillers en prévention vol, prêts à vous prodiguer des conseils personnalisés. Leur rôle est d’assister les citoyens, que ce soit à titre préventif ou après un cambriolage, pour les aider à déterminer quelles mesures de précaution leur permettront d’éviter les visites indésirables.

Protéger votre maison: une question d’habitude(s)

Pour Bénédicte Biron, conseiller en prévention vol à Liège, une protection efficace passe d’abord par une étude de vos habitudes. “Chaque situation est différente, non seulement parce que chaque logement possède ses propres caractéristiques, mais aussi parce que ses habitants ont des habitudes différentes”, explique la spécialiste. “Par exemple, certaines personnes entrent et sortent de chez elles par le garage, alors que d’autres le font par la porte d’entrée de la maison. Quand nous nous rendons chez les citoyens qui le demandent, nous commençons toujours notre audit de sécurité par une étude de leurs allées et venues. Et souvent, nos premiers conseils concernent des changements d’habitude, comme fermer systématiquement les portes à double tour. Si vous vous contentez de “claquer” la porte derrière vous, un cambrioleur chevronné ne mettra que quelques secondes à entrer! Vous n’imaginez pas non plus le nombre de gens qui oublient de fermer leur maison ou leur appartement à clé lorsqu’ils vont se coucher.”

Sécuriser les chemins d’accès

Les conseillers en prévention vol étudient également tous les chemins d’accès possible à l’habitation. “Nous examinons les portes, les fenêtres et les soupirails, par exemple, afin de déterminer s’ils sont suffisamment protégés. Quelques protections supplémentaires ne sont pas nécessairement onéreuses: pour sécuriser les portes-fenêtres d’une véranda, il suffit par exemple de les empêcher de coulisser à l’aide d’un tuyau de chauffage. Facile et très efficace! En matière de sécurisation extérieure, il existe ce qu’on appelle la frontière des trois minutes: dans la majorité des cas, si le malfrat n’arrive pas à entrer chez vous dans ce délai, il renoncera à son idée. Mais nous étudions aussi les séparations intérieures. Par exemple, si le garage communique avec l’habitation, il faut veiller à bien sécuriser cette porte également.”

Une alarme? Oui, mais...

Beaucoup de gens pensent spontanément à installer une alarme anti-intrusion. Ici aussi, les conseillers en prévention peuvent jouer un rôle important. “Les sociétés qui commercialisent cette alarme proposent des solutions complètes dont le coût peut constituer un frein. Nous essayons alors de trouver une solution en plusieurs étapes: la première consiste à installer la centrale et un ou deux détecteurs aux endroits les plus sensibles, puis la deuxième à placer d’autres détecteurs et d’autres ajouts de sécurisation”,  explique la spécialiste. “Cela permet aussi de répartir les investissements réalisés pour pouvoir tirer parti des réductions d’impôts pour dépenses de sécurisation octroyées par le gouvernement. Les citoyens qui sécurisent leur habitation peuvent en effet récupérer 30% de la facture avec un plafond de 750 euros par an (montant 2013). “Bien sûr, nous devons rester neutres: nous ne conseillons donc jamais une marque plutôt qu’une autre. Par contre, nous aidons le citoyen à dresser un cahier des charges précis et lui expliquons les différentes normes qui existent dans ce domaine."

Favoriser le contrôle social

Un autre élément essentiel dans la sécurisation d’une habitation ne coûte qu’un peu de bonne volonté: permettre au contrôle social de s’exercer. “Un exemple simple est de diminuer la hauteur des haies qui entourent un jardin: si la façade est visible de la rue, les voleurs éventuels ont plus de chances d’être repérés lors de leur tentative d’effraction”, illustre Bénédicte Biron. “Installer des lampes extérieures avec un détecteur de mouvement n’est pas non plus extrêmement coûteux et permettra d’alerter les voisins – ou vous-même – si un intrus s’approche de chez vous.”

La meilleure protection: éviter les tentations

Pour Bénédicte Biron, un autre élément essentiel de la protection est d’éviter de créer des tentations. “La plupart des vols sont des actes opportunistes: les cambrioleurs font le tour d’un quartier à la recherche de cibles potentielles faciles d’accès. Si vous laissez traîner sur un appui de fenêtre un sac ou un ordinateur portable, les voleurs auront beau jeu de briser la vitre et de s’en emparer: même la centrale d’alarme la plus sophistiquée ne les en empêchera pas!” De même, si vous achetez une télévision à écran plasma ou un home cinema dernier cri, ne jetez pas les cartons tels quels aux ordures: vous attirerez immanquablement l’attention. Découpez-les et placez-les en tas ou dans un sac de sorte que la face extérieure ne soit pas lisible. Et, bien sûr, lorsque vous vous absentez, évitez de donner l’impression que votre maison est inoccupée: demandez à un voisin de vider la boîte aux lettres, branchez une ou deux lampes sur minuterie. Et surtout, ne laissez pas de message indiquant votre absence prolongée sur votre répondeur téléphonique ou, pire encore, sur les réseaux sociaux.” La prévention commence toujours par quelques précautions simples qui ne vous coûteront rien.