HomeEmprunterPanneaux solaires: intéressants ou non?

Panneaux solaires: intéressants ou non?

Jusqu’à la fin 2011, les citoyens bénéficiaient de primes fiscales attractives pour l’installation de panneaux solaires. Hélas, le gouvernement fédéral a supprimé cette mesure. L’installation de panneaux photovoltaïques est-elle pour autant devenue moins intéressante?

En Belgique, l’énergie produite chaque année par le soleil sur une surface d’1 m² correspond grosso modo à 100 litres de mazout. Le soleil est donc une source d’énergie gratuite dont vous pouvez disposer comme bon vous semble. À condition de disposer de panneaux solaires. Ce type d’installation a évidemment un coût.

Quel prix?

Quel est le prix des panneaux solaires? "Une installation photovoltaïque de 4 kilowatt crête représente une surface en panneaux solaires oscillant entre 25 et 30 m². Elle produit en moyenne 3.400 kWh par an", explique Jo Neyens, de l’association sectorielle PV-Vlaanderen. "Un tel système est suffisant pour couvrir la consommation électrique annuelle moyenne d’un ménage. Son coût, pour une habitation de plus de 5 ans, avoisine les 8.500 euros, TVA de 6% incluse."

"Pour un tel investissement, il ne faut toutefois plus compter sur des aides fiscales", confie Jo Neyens. "Jusqu’à la fin 2011, les installations de panneaux photovoltaïques entraient en ligne de compte pour une réduction d’impôts à hauteur de 40% des frais d’investissement. De plus, vous pouviez bénéficier d’un prêt vert assorti d’un taux avantageux. Il profitait lui aussi d’une diminution d’impôts."

Mais ces mesures ont été supprimées. Le gouvernement fédéral a décidé de ne plus subventionner les panneaux solaires, et les régions wallonne et flamande n’interviennent pas financièrement. Seule la région bruxelloise propose encore un subside. Celui-ci dépend de la puissance en watt crête et des revenus du demandeur. Ainsi, la ville octroie 1 euro par watt crête aux faibles revenus, contre 0,25 ou 0,50 euro pour les revenus plus élevés. Avec cependant un maximum 30% du montant de la facture. Les maisons situées dans les zones urbaines défavorisées bénéficient encore d’une aide supplémentaire de 10%.

Quelle économie?

Fort heureusement, cet investissement de 8.500 euros génère une belle économie sur votre facture d’électricité. "Grâce au principe du compteur inversé, l’économie d’énergie de 3.400 kWh par an permet de diminuer d’environ 700 euros le montant de votre facture annuelle", détaille Jo Neyens.

Outre cette économie, les propriétaires de panneaux solaires bénéficient d’un autre coup de pouce financier: les certificats verts, qui permettent d’accroître considérablement la rentabilité des panneaux solaires. Ces certificats sont en fait une sorte de bons de valeur virtuels que votre gestionnaire de réseau vous délivre, parce que vous produisez de l’électricité verte. Ils n’existent pas en version papier, mais sont conservés dans les systèmes informatiques des gestionnaires de réseau.

Le montant d’un tel certificat dépend de la puissance et de la date de mise en service des panneaux solaires. Le fait que l’électricité produite soit consommée sur place ou soit redistribuée sur le réseau, n’a aucune incidence sur le montant dont vous bénéficiez.

Certificats verts

Jusqu’à la fin 2012, vous receviez un certificat pour 1.000 kWh produits. Mais depuis cette année, le calcul n’est plus du tout le même. Il est plus complexe et … moins avantageux. "Aujourd’hui, le soutien dont vous bénéficiez est calculé à l’aide d’un facteur de multiplication: le facteur de banding", explique Jo Neyens. "Il représente le rapport entre le montant correct de l’aide calculée et un prix maximum de 97 euros par certificat.  Prenons un exemple: si des panneaux solaires ont besoin d’une aide de 60 euros par MWh, le facteur de banding s’élève à 0,62 et le propriétaire des panneaux reçoit donc l’équivalent de 0,62 certificat pour 1.000 kWh.”

La teneur exacte de ce facteur de banding n’est pas encore déterminée. Elle sera bientôt dévoilée par les autorités compétentes. "Nous sommes en pleine phase de transition dans le cadre du soutien à la production d’électricité verte", explique Gregory Neubourg, de l’asbl APERe (Association pour la Promotion des Énergies Renouvelables). “Les pouvoirs publics modifient en ce moment tout le programme de soutien. Il est donc très difficile d’avancer des montants concrets."

Un investissement remborusé en moins de 10 ans

Il y a une autre mauvaise nouvelle pour les propriétaires de panneaux solaires en Flandre. Depuis cette année, ils doivent aussi payer une ‘indemnité de réseau’ aux gestionnaires de réseau, parce qu’ils utilisent le réseau d’électricité pour l’injection d’électricité verte et pour la consommation de courant classique lorsque la production d’énergie solaire est faible, voire nulle. Cette indemnité varie d’un gestionnaire à un autre et oscille entre 46 et 69 euros, hors TVA de 21%.

“Malgré cette indemnité et la baisse du prix des certificats verts, investir dans des panneaux photovoltaïques reste intéressant", nous confie Jo Neyens. En effet, la technologie de conversion du rayonnement solaire en électricité, est chaque jour moins chère et plus performante. "Grâce à la baisse constante du coût d’investissement lié aux panneaux photovoltaïques, le délai de remboursement est encore inférieur à 10 ans."

De l'eau chaude grâce au soleil

L’énergie solaire peut donc être utilisée pour produire de l’électricité, mais aussi pour chauffer votre eau sanitaire. "Un tel système a recours à des capteurs solaires thermiques. Il s’agit en fait de panneaux noirs constitués de tuyaux dans lesquels l’eau circule, et qui sont reliés à un réservoir", précise Jo Neyens. "Ce système est aussi appelé chauffe-eau solaire."

Ce dispositif vous permet aussi de réaliser une belle économie. "Si vous utilisez un chauffe-eau solaire, les frais d’énergie annuels pour la production d’eau chaude ne dépasseront pas la moitié des frais de consommation liés à un chauffe-eau traditionnel", calcule Jo Neyens. Et combien coûte ce type d’installation? "D’ordinaire, pour chauffer l’eau sanitaire,  le collecteur solaire couvre une surface de 4 m² et est relié à un réservoir de 200 à 240 litres. Pour un ménage de 3 à 4 personnes, cela représente un coût entre 3.000 et 5.000 euros (hors TVA) pour le matériel et de 1.000 euros pour l’installation. Selon le système avec lequel nous comparons le chauffe-eau solaire, cela représente un surcoût d’environ 2.000 à 4.000 euros, auquel il faut ajouter 500 euros de frais d’installation."

Des subsides pour les chauffe-eau solaires

En Wallonie, la prime octroyée dépend de l’âge des habitations. Celles dont le permis de bâtir a été délivré après le 1er mai 2010 bénéficient d’une aide de 1.500 euros pour une installation jusqu’à 4 m² (à majorer de 100 euros par m² supplémentaire). Pour les habitations moins récentes, ce montant baisse à 500 euros. Dans les deux cas, le maximum est de 5.000 euros. À Bruxelles, les primes sont comme d’habitude liées au revenu du demandeur. Pour un système jusqu’à 4 m², les faibles revenus se voient rembourser un montant de 3.500 euros (à augmenter de 200 euros par m² supplémentaire). Les revenus moyens et les revenus élevés peuvent respectivement compter sur un montant de 3.000 et 2.500 euros, à concurrence de maximum 50% de la facture. En Flandre enfin, les gestionnaires de réseau attribuent une prime de 550 euros par m², à concurrence d’un maximum de 2.750 euros et de 50% du montant de la facture.