HomeEmprunterMaisons basse énergie et maisons passives: de nouvelles règles plus strictes

Maisons basse énergie et maisons passives: de nouvelles règles plus strictes

Ce n’est pas un hasard si la construction basse énergie fait aujourd’hui partie des thèmes mis en avant pour le salon Batibouw 2014. La Flandre vient en effet de resserrer les normes énergétiques auxquelles les nouvelles constructions doivent satisfaire. Bruxelles et la Wallonie lui emboîteront bientôt le pas.

Depuis le 1er janvier 2014, les nouveaux projets de construction en Flandre doivent satisfaire à des normes énergétiques beaucoup plus strictes: leur consommation doit en effet atteindre au maximum le niveau E60, au lieu du niveau E70 auparavant. Le niveau “E” indique la consommation énergétique d’un bâtiment: moins il est élevé, moins le bâtiment consomme d’énergie. En général, les maisons dites “passives” ont un score E compris entre 50 et 0. La Flandre se rapproche donc de plus en plus de cette norme. Bruxelles et la Wallonie s’apprêtent à franchir le pas pour imposer le standard passif à toutes les nouvelles constructions, respectivement en 2015 et 2017.

Meilleure isolation, consommation moins élevée

La caractéristique principale des maisons à basse énergie est le niveau peu élevé de leurs besoins énergétiques. Ce résultat est obtenu en agissant sur deux fronts:

  • une meilleure isolation, afin de limiter au maximum les déperditions d’énergie vers l’extérieur: matériaux isolants dans les murs et la toiture, châssis à double vitrage et à double joint. Cette isolation s’accompagne en général d’une quasi-étanchéité à l’air et d’un système de ventilation contrôlée, qui permettent également de mieux contrôler les déperditions d’énergie liées à l’indispensable aération du bâtiment.
  • un système de chauffage plus performant: chaudières à condensation de dernière génération, recours aux énergies renouvelables…

Davantage d’énergies renouvelables

Un seuil minimum de recours aux énergies renouvelables devient d’ailleurs obligatoire en Flandre. Pour y parvenir, le candidat bâtisseur devra privilégier l’une des sources d’énergie suivantes:

  • des panneaux solaires pour chauffer l’eau
  • des panneaux solaires photovoltaïques pour la production d’électricité
  • une chaudière à condensation utilisant la biomasse (en général des pellets de bois) au lieu des énergies fossiles
  • une pompe à chaleur: celle-ci peut fonctionner soit au moyen de l’air ambiant, soit grâce à un puits destiné à puiser la chaleur à plusieurs dizaines de mètres de profondeur dans le sol (géothermie)
  • la participation à un projet collectif de fourniture d’énergie, comme un chauffage urbain ou un groupement éolien

La nouvelle construction peut cependant “échapper” à cette obligation si elle s’astreint à respecter des critères énergétiques plus stricts (score inférieur ou égal à E54).

Bruxelles et Wallonie: en route vers les maisons passives

La réglementation flamande s’inscrit en réalité dans une initiative lancée par la Commission européenne qui vise à faire du “zéro énergie” la norme en 2021. Les autres régions ne seront donc pas en reste dans la poursuite de cet objectif: Bruxelles compte en effet imposer le standard “passif” pour toutes les nouvelles constructions dès 2015, ce qui implique entre autres un score E inférieur à 50. La Région wallonne, pour sa part, imposera les maisons passives dès 2017. Les trois régions poursuivront ensuite les efforts de concert pour atteindre le niveau E30, l’objectif européen pour les nouvelles constructions, en 2021.

Un surcoût important?

Selon la Vlaamse Confederatie Bouw, l’association professionnelle flamande du secteur de la construction, ces nouvelles mesures impliquent un surcoût moyen de 8.500 euros par rapport au prix d’une construction neuve en 2013. Cette augmentation des frais peut cependant s’envisager comme un investissement: sur le long terme, en effet, les mesures d’isolation et l’utilisation d’énergies renouvelables devraient permettre de réduire sensiblement la facture énergétique annuelle des nouvelles constructions.