HomeGérer mon argentLa déflation et ses conséquences

La déflation et ses conséquences

J’entends beaucoup parler de déflation dans la presse. De quoi s’agit-il, et comment cela va-t-il affecter mon quotidien? (Freddy, 41 ans)

La déflation est le phénomène inverse de l’inflation. Alors que l’inflation consiste en une hausse générale des prix, la déflation est caractérisée par une baisse générale et persistante des prix. Il s’agit d’un phénomène exceptionnel, car la norme est plutôt une situation d’inflation modérée. Aujourd’hui, cependant, de nombreux économistes et décideurs s’inquiètent, car le spectre de la déflation pèse sur l’Europe et sur notre pays.

Un phénomène inquiétant?

Mais pourquoi les économistes s’inquiètent-ils? En principe, une baisse généralisée des prix devrait être une bonne nouvelle pour les consommateurs. En réalité, il n’en est rien. Pour commencer, la déflation est le signe d’une économie qui entre en léthargie: c’est la faible demande qui pousse les prix vers le bas. Inquiets pour leur avenir depuis la crise financière, les consommateurs se montrent désormais plus prudents qu’à l’accoutumée et préfèrent économiser plutôt que de dépenser. Ils espèrent ainsi se constituer une réserve en cas de coup dur (perte d’emploi, augmentation des impôts, etc.).

Effet d’entraînement

La déflation est un phénomène difficile à inverser. En effet, dès que les prix se mettent à baisser, les consommateurs ont tendance à reporter leurs achats, en tout cas les plus importants. Et comme les prix sont en baisse constante, ils préfèrent reporter leurs grosses dépenses à plus tard, quand elles leur "coûteront moins". Ce nouveau recul de la demande entraîne alors une nouvelle baisse des prix, qui pousse encore plus de consommateurs à postposer certaines dépenses. Les entreprises, qui éprouvent de plus en plus de difficultés à joindre les deux bouts, en arrivent alors parfois à devoir licencier du personnel, ce qui augmente encore les craintes de la population.

Au bord de la déflation

Pour le moment, le recul des prix, certes généralisé, n’est pas encore persistant. L’indice des prix à la consommation évolue en dents de scie cette année, comme vous pouvez l’observer sur le graphique du portail statistique du SPF Économie. De 100,9 en septembre, l’index est passé à 100,22 en octobre avant de retomber à 100,9 en novembre. Le SPF Économie signale cependant que l’inflation en base annuelle est redevenue négative pour la première fois depuis 2010. Reste à savoir s’il s’agit d’un accident de parcours ou d’une tendance sur le long terme.

Et au quotidien, quels sont les changements?

Pour le moment, les changements au quotidien ne sont pas encore drastiques: les prix sont quasi inchangés et l’indice santé, qui sert de base à l’indexation des salaires (mais aussi à l’indexation des loyers), est resté stationnaire. Cela dit, même si la déflation se poursuit, il reste peu probable que votre propriétaire adapte spontanément son loyer à la baisse ou qu’un employeur décide de raboter les salaires, à moins d’y être obligé par une convention collective de travail (cela dépend du secteur concerné). Quant à la baisse des taux d’intérêt que nous observons en ce moment, elle matérialise en réalité les efforts menés par la Banque centrale européenne pour stimuler l’économie et lutter ainsi contre la déflation en encourageant les entreprises à emprunter pour investir et créer de nouveaux emplois. Cependant, une déflation prolongée pourrait neutraliser cet incitant: si les entreprises ne sont pas certaines de pouvoir écouler leur production, elles préféreront s’abstenir d’investir. De plus, rembourser un emprunt en période de déflation leur coûterait plus cher, comme aux particuliers d’ailleurs. En effet, le montant remboursé ne changerait pas, alors que le prix des produits et des services continuerait de diminuer. Autrement dit, la valeur du remboursement, exprimée en pouvoir d’achat, augmenterait. Heureusement, nous n’en sommes pas encore là! Il est également trop tôt pour s’inquiéter d’une éventuelle augmentation du chômage, due aux conséquences négatives de la déflation sur la demande. Reste donc à espérer que les mesures prises par les gouvernements et la Banque centrale européenne permettront d’endiguer ce phénomène.

Posez votre questionRegardez toutes les questions