HomeInvestir sur mesure L'équilibre idéal entre risque et rendement

L'équilibre idéal entre risque et rendement

Dans leur quête de rendements plus élevés, un nombre croissant d’épargnants s’aventurent en Bourse. Les fonds de placement peuvent retenir leur attention, car ils combinent un rendement potentiel plus élevé et une saine diversification des risques.

Les fonds de placement comptent sans aucun doute parmi les produits d’investissement les plus populaires de notre pays. Les chiffres de la fédération sectorielle Beama le confirment: en 2015, 172 milliards d’euros étaient investis dans des fonds en Belgique, contre 159 milliards d’euros l’année précédente. "Les fonds méritent une place dans tout portefeuille de placement", estime Arne Lebegge (Record Bank). Ils autorisent en effet une diversification optimale du patrimoine entre plusieurs catégories d’actifs dans les limites du profil de l’investisseur.

Ce qui constitue l’unique manière de réduire efficacement les risques. Car les épargnants qui placent leur patrimoine exclusivement dans des fonds d’actions sont particulièrement vulnérables à un creux boursier. Ceci dit, ceux qui "parquent" toutes leurs économies sur un compte d’épargne ne sont pas pour autant protégés… "L’inflation est actuellement supérieure aux taux proposés par les produits d’épargne", prévient Arne Lebegge. "De ce fait, les épargnants ne peuvent plus suivre l’augmentation du coût de la vie. Ils perdent de l’argent puisqu’en fin de course, leurs économies et revenus d’intérêt ne leur permettront pas de remplir aussi bien leur chariot au supermarché."

Saine diversification

Voici précisément pourquoi les fonds de placement constituent un complément intéressant aux produits d’épargne traditionnels. Ils mettent en perspective un rendement potentiel plus élevé tout en garantissant une saine diversification des risques. Un fonds d’actions n’investit pas dans une poignée d’actions mais dans des dizaines, voire des centaines de titres. Les mauvaises performances d’une poignée d’actions individuelles n’ont dès lors qu’un impact limité sur le rendement total du fonds d’actions.

En outre, il existe plusieurs catégories de risques dans les fonds de placement. "Il est toujours possible de trouver un fonds qui corresponde idéalement au risque que l’on veut prendre en tant qu’investisseur", apprécie Arne Lebegge. Ceux qui ne se sentent pas totalement à l’aise avec les actions peuvent également investir dans des fonds obligataires ou des fonds mixtes, mêlant actions et obligations. Opter pour un fonds de fonds, qui investit dans un grand nombre d’autres fonds, entraîne par ailleurs une augmentation exponentielle de la diversification des risques.

Autre avantage? Grâce aux fonds de placement, les investisseurs ne doivent pas rechercher eux-mêmes des opportunités d’achat intéressantes, puis suivre de près l’évolution des marchés financiers afin de vendre au bon moment. C’est la tâche du gestionnaire de fonds. Bien entendu, celle-ci a naturellement un coût. La plupart des fonds facturent des frais d’entrée uniques de 1 à 3%, et des frais de gestion annuels du même niveau.

Horizon

En principe, un rendement de 4 à 5% sur base annuelle est réaliste pour ceux qui ne souhaitent pas prendre trop de risques. "Il n’y a aucune garantie", nuance Arne Lebegge. "Les marchés financiers sont très nerveux et les rendements volatils. Personne ne peut prévoir les performances d’un fonds de placement." Raison pour laquelle il est crucial d’avoir un horizon de placement d’au moins cinq à sept ans… et si possible un peu plus long encore. C’est la seule façon de laisser à votre capital la possibilité de récupérer de possibles chocs boursiers. Les épargnants qui ne pourront se passer de leurs économies pendant plusieurs années ont dès lors intérêt à se détourner des fonds de placement.