HomeEmprunterIsolation des murs creux: économiser de l’énergie entre les murs

Isolation des murs creux: économiser de l’énergie entre les murs

Si les murs de votre maison sont des murs creux (ou doubles murs), vous devriez peut-être songer à les isoler. Vous pourrez ainsi réaliser des économies d’énergie et d’argent. Kris Bruneel, conseiller en construction auprès de Bbouwadvies, explique à quoi être attentif.

Commençons par quelques explications pour les non-initiés: les vides – ou coulisses - désignent les espaces entre les murs intérieurs et les murs extérieurs d’une maison. Ce n’est que depuis les années 50 que les maisons possèdent des murs intérieurs et extérieurs. Auparavant, les murs étaient simples. "Au départ, l’objectif des doubles murs était avant tout de préserver les pièces de vie de l’humidité", explique Kris Bruneel. "Mais au cours des années 70, on a découvert que ce vide convenait parfaitement à une isolation murale. Mais attention: de très nombreux anciens bâtiments ne possèdent pas de vide. Je ne connais pas le chiffre exact par cœur, mais en Flandre par exemple, il est vraisemblablement supérieur à 50%."

Une façade qui respire

"L’isolation des murs creux est possible dans presque toutes les maisons présentant un vide", nous confie Kris Bruneel. Presque. Ce qui veut donc dire qu’il y a des exceptions. "En effet, la façade extérieure doit de préférence ‘être ouverte’ et ‘respirer’. Par conséquent, je déconseillerais vivement ce type d’isolation pour les maisons dont les murs extérieurs sont peints. En effet, l’isolation accroît le risque d’accumulation d’eau derrière vos murs. Du coup, vos pierres peuvent geler en hiver, avec toutes les conséquences que cela implique. La prudence est également requise dans le cas d’une façade orientée sud-ouest et très peu protégée. En effet, un tel mur ne sèche jamais entièrement, si bien que vous pouvez vous retrouver avec des problèmes d’humidité."

Éviter toute absorption d’eau

"Le matériau d’isolation utilisé doit lui aussi répondre à certaines conditions", prévient Kris Bruneel. "Ainsi, évitez à tout prix les matériaux qui absorbent l’eau, comme la laine de bois ou les fibres cellulosiques. Aujourd’hui, on utilise souvent du polystyrène ou du polyuréthane expansé, une mousse qui gonfle après qu’on l’ait injectée entre les murs. Les grains de silicate et la laine minérale peuvent aussi convenir pour ce type d’application. Ils sont alors insufflés entre les murs."

Et le prix?

Combien coûte ce type d’isolation? "Les différences de prix entre la plupart des techniques ne sont pas notables", précise notre expert. "Comptez environ 20 euros du mètre carré. De plus, si vous résidez en Wallonie, vous pourrez bénéficier d’une prime à l’isolation des murs creux. Elle s’élève, en fonction de vos revenus, entre 10 et 14 euros du mètre carré."

Si vous habitez en Flandre, 6 euros du mètre carré vous seront remboursés sous la forme de subventions. Le montant maximum s’élève cependant à 800 euros. À Bruxelles enfin, plus aucune prime à l’isolation n’existe.

Un rendement intéressant

“"Cet investissement s’assortit d’un rendement intéressant", explique Kris Bruneel. "Il dépend du type d’habitation. Il sera ainsi plus élevé dans une maison isolée que dans une maison mitoyenne qui profite déjà de la chaleur de ses voisines. Pour une maison isolée, vous pouvez vous attendre à une baisse de votre consommation d’énergie d’en moyenne 20%. Pour une maison de 150 m², vous économiserez vite 500 litres de mazout par an. Vous aurez ainsi récupéré votre investissement sans problème dans un délai de quatre à cinq ans. Outre l’économie d’argent, vous y gagnerez en confort: votre salle de bains sera bien chaude, votre salon ne sera plus humide, vous réduirez le risque de moisissures, etc."