HomeEmprunterHabitat: le grand retour du bois

Habitat: le grand retour du bois

Troisième thème du Salon Batibouw 2014, le bois revient aujourd’hui en force dans nos maisons. Loin de se cantonner au parquet, il investit même nos cuisines et salles de bains. Un choix original et pas nécessairement plus coûteux. Explications.

Ophélie Eliat, conseillère bois du Belgian Woodforum

Si le parquet a depuis longtemps conquis le salon et les chambres, l’idée de se servir du bois dans des lieux plus exposés à l’humidité et aux taches, comme la cuisine et la salle de bains, semble a priori plus risquée. "Pourtant, le bois peut parfaitement convenir à de tels usages", explique Ophélie Eliat, conseillère bois du Belgian Woodforum. "En réalité, il n’y a pratiquement aucune restriction à son utilisation, pour autant que vous utilisiez une essence possédant les caractéristiques appropriées à l’usage prévu."

Du parquet dans la cuisine… 

"Pour commencer, vous pouvez tout à fait envisager, pour une cuisine ouverte, d’utiliser la même essence que dans le salon ou la salle à manger", poursuit Ophélie Eliat. "La protection contre les taches et l’humidité n’est pas compliquée: c’est surtout la finition qui jouera un rôle décisif en la matière. L’idéal consiste à appliquer un vernis ou une huile protectrice. Ces deux méthodes de finition protègent en effet la surface du bois contre les taches et l’eau. Il faudra aussi accorder plus d’attention aux lieux pouvant être soumis à une usure plus intense, comme devant les plaques de cuisson ou le plan de travail." Quant à l’humidité, elle fait avant tout des dégâts si elle s’infiltre entre les joints du revêtement de sol. "Il faut donc accorder une attention toute particulière au collage et à l'étanchéité du pourtour du plancher et prévoir un joint de silicone entre le parquet et la plinthe."

… et un plan de travail en bois? 

Mais le bois peut aussi quitter le sol et investir le plan de travail. "Contrairement aux idées reçues, il est même particulièrement adapté à cette utilisation", souligne Ophélie Eliat. "Tout d’abord, il obtient un excellent score sur le plan de l’hygiène. Deux études se sont récemment penchées sur le sujet. L’une, scandinave, s’est focalisée sur le taux de prolifération des bactéries que l’on retrouve fréquemment dans l’industrie de la viande. Les tests ont été effectués sur du hêtre massif (fréquemment utilisé pour les billots, les plans de travail et les planches à découper), de l’acier inoxydable et du plastique. L’autre, allemande, s’est penchée sur les chances de survie des bactéries E.coli sur différentes surfaces: bois, acier et polyéthylène. Les deux études sont parvenues aux mêmes conclusions: les bactéries meurent plus vite sur une surface en bois."

Bien choisir son essence

Ensuite, un plan de travail bien conçu résistera parfaitement à l’humidité. "Lorsqu’il est réalisé selon les règles de l’art, un plan de travail en bois est constitué de lamelles collées les unes aux autres latéralement et dans le sens de la longueur", explique Ophélie Eliat. "L’essence choisie doit offrir une stabilité suffisante. Elle doit aussi être séchée comme il se doit avant le collage. Il existe des dizaines d’essences adaptées à cet usage. Chacune offre un veinage ou des tons uniques. Beaucoup sont en outre labellisées FSC ou PEFC, voire les deux! Chacun peut donc y trouver son compte."

Cap sur la salle de bains

Mais de la cuisine à la salle de bains, n’y a-t-il vraiment qu’un pas? Pour Ophélie Eliat, la réponse est positive, à condition – bien sûr – de choisir l’essence appropriée. "Le Belgian Woodforum conseille de choisir une essence suffisamment stable, qui ne ‘travaille’ pratiquement pas", précise-t-elle. "Les essences suivantes ont une durabilité naturelle suffisamment élevée et conviennent parfaitement: padouk d’Afrique, afrormosia, afzelia, ipé, iroko, itauba et teck. Naturellement, ce choix ne dispense pas de prendre ses précautions: utiliser les produits d’entretien adéquats et essuyer rapidement l’eau qui tombe sur le sol."

Une cabine de douche en bois

Comme dans la cuisine, le bois peut même quitter le sol pour rejoindre un environnement plus humide. Et même le plus humide de tous, puisqu’il peut recouvrir les parois d’une cabine de douche. "Dans ce cas, nous recommandons l'utilisation du bois massif, idéalement placé dans le sens vertical pour faciliter l'écoulement de l'eau. Pour réduire au maximum le risque d’absorption d’humidité, l’essence doit être non poreuse et avoir un grain serré. Nous conseillons l’afrormosia, l’ipé, l’itauba et le teck. Lors de l’installation, il faudra bien veiller à ce que les extrémités du bois ne soient pas en contact avec l’eau. Traiter le bois à l’huile permet par ailleurs une évacuation plus rapide de l’eau, mais aussi de l’essuyer plus facilement après la douche."

Pas nécessairement plus cher

Côté coût, le bois n’est pas nécessairement plus cher qu’un autre matériau. "Comme avec tous les types de revêtements, il y en a pour tous les goûts et dans toutes les catégories de prix. Vous pouvez déjà trouver un revêtement en bois à partir de 25 euros par mètre carré, hors TVA et hors pose."

Particulièrement durable

Enfin, côté entretien, le bois ne se montre pas plus exigeant que les autres matériaux, à condition toutefois d’utiliser les produits appropriés. "Mais il possède surtout un avantage unique par rapport à ses concurrents: sa durabilité. Tout au long de sa vie, le bois peut être poncé plusieurs fois. Après chaque ponçage, il retrouve l’aspect du neuf et peut à nouveau être recouvert d’une couche."