HomeEmprunterDossier "Investir dans l’immobilier" partie 6: investir dans les parkings et les garages.

Dossier "Investir dans l’immobilier" partie 6: investir dans les parkings et les garages.

Dans notre dossier "Investir dans l’immobilier", nous avons déjà énuméré les avantages et inconvénients d’un tel choix, puis nous vous avons donné une série de conseils. Le temps est venu de nous pencher sur les tendances qui marquent le marché immobilier. Dans quoi investir si vous possédez déjà une habitation? Dans cette partie du dossier, nous vous dirons tout sur les parkings payants, les places de parking et les garages, des abris ô combien prisés pour la sacro-sainte voiture.

Dans notre pays, la population ne cesse de croître et le nombre de voitures également. En 2016, il en circulait près de 5,7 millions sur nos routes. Les places de stationnement proches du domicile ou du lieu de travail des conducteurs sont donc une denrée rare et précieuse. La demande sur le marché est très forte, ce qui rend votre rendement potentiel très intéressant. Quelles sont dès lors les possibilités d’investissement dans les places de parking et quels sont les points auxquels vous devez être attentif?

1. Investir dans un parking professionnel

La façon la plus simple d’investir dans les places de stationnement est de placer votre argent dans un "parking de rotation" exploité par des professionnels. Ces parkings se trouvent principalement dans le centre-ville, dans ses alentours ou près des destinations populaires comme les gares et les rues commerçantes. Leur taux d’occupation est donc potentiellement élevé. En effet, même si de nombreux automobilistes cherchent d’abord une place dans la rue, ils finissent souvent par se rabattre sur un parking payant car ces places sont de plus en plus rares.

De plus, la solution du parking peut présenter plus de marge de manœuvre sur la flexibilité des prix. Et la forte automatisation des parkings rend leur exploitation très efficace. Votre rendement potentiel sera alors élevé. Mais avant d’opter pour un tel investissement, mieux vaut veiller à bien en comprendre le fonctionnement. Posez-vous les questions suivantes:

  • Comment les bénéfices sont-ils réalisés et comment sont-ils distribués parmi les différents investisseurs?
  • Comment le rendement de vos places de stationnement est-il calculé?
  • Quand votre bénéfice est-il payé?
  • À combien s’élève la commission que vous devez payer à l’exploitant?
  • Quelles sont les possibilités de sortie et quel est leur coût éventuel?
     

2. Investir dans des places de parking individuelles ou dans des garages

Autre possibilité: acquérir une place de parking ou un garage, que vous mettez en location.

Avantages:

  • Le prix est moins élevé que pour un appartement ou une maison, tout comme les frais (d’entretien) y relatifs.
  • En principe, vous avez affaire à moins de mauvais payeurs que lorsque vous mettez un logement en location.
  • Il est moins difficile de se séparer de locataires qui ne paient pas, la liberté contractuelle est plus large.

Inconvénients:

  • Cette plus large liberté contractuelle amène une rotation plus importante que pour la location d’une habitation, ce qui entraîne davantage de suivi et d’administration.
  • Quand le climat économique est maussade, il peut s’avérer difficile de trouver un locataire. L’emplacement de votre bien est donc crucial!
  • Les prix du marché des garages peuvent aussi être soumis à une baisse, par exemple si la commune adapte sa politique de stationnement.

Conseils

Lorsque vous choisissez votre bien de placement, tenez compte des conseils que nous vous avons donnés dans une autre partie de ce dossier. Pour les garages et les places de parking, faites également attention à ces autres éléments:

  • Contrat: fixez un préavis. Si vous ne le faites pas, un préavis d’un mois s’applique aux contrats à durée indéterminée. Vous pouvez aussi utiliser un contrat à durée déterminée, qui sera automatiquement reconduit à l’issue de la période contractuelle. Mentionnez également dans le contrat la destination spécifique du garage, pour qu’il ne soit pas utilisé comme entrepôt (pour des matières dangereuses, par exemple). Indiquez-y aussi que le loyer peut être indexé. Et précisez-y de façon formelle si le locataire peut déclarer les frais de location. Cet élément est important pour le point suivant.
  • Impôts des personnes physiques: si le locataire est un particulier, vous serez imposé sur le revenu cadastral indexé (majoré de 40%). Mais si le locataire déduit le loyer à titre de frais professionnels, cela change la donne. Vous devrez alors indiquer vos revenus locatifs exacts et vous serez imposé sur 60% de ce montant. Enfin, si vous revendez votre garage, avec une plus-value, dans les cinq années qui suivent son achat, vous paierez 16,5% d’impôts sur la plus-value réalisée.
  • TVA: la location de biens immobiliers est généralement dispensée de TVA, sauf pour la location de garages. N’oubliez donc pas de répercuter les 21% de TVA dans le loyer que vous demandez. Vous serez également tenu d’introduire une déclaration de TVA chaque trimestre. Si vous n’êtes pas assujetti à la TVA pour d’autres activités économiques et que votre chiffre d’affaires annuel est inférieur à 25.000 euros, vous pouvez opter pour le régime de la franchise de la taxe pour les petites entreprises. Faites donc bien attention!

Notre dossier "Investir dans l’immobilier"