HomeEmprunterDes maisons toujours plus économes

Des maisons toujours plus économes

Maison basse énergie, maison passive, maison zéro énergie… Les maisons dites écologiques se multiplient depuis quelques années. Quels en sont les principes? Permettent-elles de réelles économies d’énergie?

Depuis la publication, en 2002, de la directive européenne relative à la Performance Énergétique des Bâtiments (PEB), les nouvelles constructions sont soumises à des normes plus strictes en termes de consommation d’énergie. Ces normes concernent:

  • le chauffage;
  • l’eau chaude;
  • le système de refroidissement;
  • la ventilation;
  • l’éclairage.

L’enjeu est donc désormais fixé: consommer moins d’énergie, et en particulier d’énergies fossiles. Trois types de construction répondent aujourd’hui à cette attente.

Maison basse énergie

Conçue pour consommer moins, la maison basse énergie est mieux isolée et équipée d’installations peu énergivores:

  • double vitrage installé sur des châssis de fenêtres à double joint;
  • système de ventilation contrôlée;
  • équipements d’apport en chaleur peu énergivores: pompe à chaleur, chaudière à pellets, puits canadien, etc.

La maison basse énergie consomme ainsi 50 à 60% de chauffage en moins qu’une maison traditionnelle.

Comme ce sont les installations et l’isolation qui permettent les économies d’énergie, il est possible de transformer une maison traditionnelle en maison basse énergie.

Maison passive

Qui dit maison passive, dit meilleure isolation et plus grande étanchéité. Ces deux caractéristiques permettent à la maison passive de récupérer davantage la chaleur emmagasinée tout au long de la journée. Elle offre ainsi un meilleur confort de vie à ses occupants.

Ces qualités sont obtenues grâce, entre autres, à la mise en place des dispositifs suivants:

La conception particulière de la maison passive permet une sérieuse diminution de la consommation de chauffage: celle-ci représente à peine 10 à 15% de la consommation d’une maison traditionnelle.

Comme la maison passive constitue aujourd’hui la meilleure solution pour réaliser des économies d’énergie, les gouvernements régionaux ont décidé d’imposer le respect des normes passives à chaque nouvelle construction. Cette décision entrera en vigueur d’ici 2015 à Bruxelles et en 2017 en Wallonie. La Région flamande n’a pas encore pris de décision en ce sens.

Maison zéro énergie ou maison active

La maison active ou "zéro énergie" est basée sur un principe fondamental: l’autonomie. Cette habitation produit et consomme donc sa propre énergie.

Construite comme une maison passive, la maison active possède en outre un ensemble d’équipements destinés à produire l’énergie dont elle a besoin:

  • panneaux photovoltaïques;
  • pompe à chaleur;
  • mini-éolienne.

100% autonome toute l’année?

Bien sûr, la production d’énergie est plus élevée en été que durant les mois d’hiver. Le surplus produit durant les mois les plus ensoleillés est ainsi exporté vers des fournisseurs d’énergie. 

L’Europe a choisi d’imposer d’ici 2021 que chaque nouvelle construction soit active. Elle souhaite poursuivre ainsi sa politique de diminution de la consommation d’énergie

Combien ça coûte?

L’achat d’une maison basse énergie, passive ou zéro énergie représente un investissement non négligeable. En général, l’acheteur déboursera 10 à 15% de plus pour une telle habitation écologique. Cette augmentation de prix est due notamment à la mise en œuvre et aux finitions plus rigoureuses dans ce type d’habitations.

Cependant, la différence de coût ne se traduit pas nécessairement par un investissement plus élevé. Pour David Bigot, de l’entreprise EconologiK, l’évolution vers le passif se marque autrement. "L’acheteur dispose actuellement du même budget qu’il y a 10 ans pour l’achat d’un bien immobilier. Pour respecter ce budget, il préfère dès lors diminuer les surfaces habitables de son logement, par exemple en passant d’un 100m2 à un 70m2."

Qu’il se traduise par une diminution des surfaces ou par une augmentation de l’investissement de départ, le passage au nouveau standard reste une excellente affaire: le surcoût est en effet rapidement amorti grâce à la diminution substantielle de la facture énergétique. Et comme le coût de l’énergie continuera très probablement à augmenter au cours des prochaines années, cela reste un investissement rationnel.