HomePréparer ma pensionComment préparer votre pension?

Comment préparer votre pension?

Quel que soit votre âge, préparer votre retraite est aujourd’hui indispensable si vous voulez disposer de revenus suffisants pour vivre confortablement. Voyons ensemble les différents éléments qui composent ces revenus.

Au moment de prendre votre retraite, vous disposerez de quatre sources de revenus. Certains de ces revenus vous seront acquis, d’autres dépendront de votre employeur et d’autres encore seront liés à vos propres efforts d’épargne. Ensemble, ils visent à vous assurer un revenu suffisant pour financer votre train de vie. Ces quatre sources de revenus sont appelés “les quatre piliers de la pension”.

1.Votre pension légale

Tout au long de votre carrière, vos cotisations sociales et celles versées par votre employeur vous permettent de constituer votre pension légale. Son montant dépend à la fois de la durée de votre carrière et de la rémunération brute que vous avez perçue chaque année. Vous pouvez avoir un aperçu des droits déjà constitués et une estimation de votre future pension sur mypension.be.

2. Les pensions complémentaires issues de votre travail

Si vous êtes salarié, vous avez peut-être bénéficié - ou vous bénéficiez toujours - d’une assurance groupe conclue par votre employeur ou d’une participation dans un fonds de pension sectoriel. Si c’est le cas, votre employeur verse chaque mois, pour vous, une participation dans ce plan de pension. Certains plans permettent  à votre employeur de retenir une partie de votre salaire - soit de manière obligatoire, soit avec votre accord - afin de participer vous aussi à ce plan de pension.

Si vous êtes indépendant, vous avez la possibilité de souscrire une Pension Libre Complémentaire d’Indépendant (PLCI) dans laquelle vous pouvez cotiser chaque année jusqu’à 8,17% de vos revenus (9,40% pour une PLCI sociale) avec un maximum de 3.127,24 euros en 2017 (3.598,05 euros pour une PLCI “sociale”). Si vous exercez votre activité en société, celle-ci peut en outre constituer à votre avantage un Engagement Individuel de Pension (EIP).

Une visite sur mypension.be vous donne un aperçu des droits déjà constitués dans toutes les formules de pensions complémentaires liées au travail.

Un maximum de 80% de votre dernier salaire!

Un élément très important à retenir est qu’il existe une limite aux revenus que vous pouvez constituer en additionnant la pension légale et vos pensions complémentaires liées au travail. C’est la fameuse "règle des 80%". La somme de votre pension légale et des capitaux épargnés dans le cadre de vos pensions complémentaires ne peut vous amener à dépasser 80% de la moyenne de vos dernières rémunérations avant la pension.

Voilà pourquoi il est important de vous constituer une épargne par vous-même et de se faire conseiller par des professionnels.

3. Votre épargne fiscalement avantageuse

Afin d’encourager l’épargne individuelle, le gouvernement a prévu deux formes d’épargne bénéficiant d’un avantage fiscal:

  • l’épargne-pension, qui vous permet d’épargner chaque année une prime jusqu’à 940 euros en 2017 et de bénéficier d’une réduction d’impôts équivalent à 30% des montants versés. Plus tôt vous commencerez, moins vous devrez faire d’efforts d’épargne pour vous constituer un beau capital
  • l’épargne à long terme : chaque année, vous pouvez épargner jusqu’à 2.260  euros (montant pour 2017). Ce plafond varie en fonction de la situation familiale de chacun et de la composition du ménage. L’avantage fiscal varie selon les régions, mais il est en général de 30% des primes versées, soit un maximum de 678 euros. Attention, toutefois. Cette possibilité de réduction peut être limitée dans certains cas: elle fait partie d’un "pot commun" qui reprend aussi les primes versées dans le cadre d’une assurance solde restant dû et les amortissements en capital d’un prêt hypothécaire. Mieux vaut donc vérifier avec votre courtier ou votre agent bancaire combien il vous est possible d’épargner dans ce cadre.

Notons que l’épargne-pension comme l’épargne à long terme sont frappées d’une taxe à l’échéance (épargne à long terme) ou avant celle-ci (épargne-pension, en principe à 60 ans) dont les modalités dépendent de votre situation.

4. Votre épargne individuelle sans avantage fiscal

Comme l’épargne fiscalement avantageuse est elle aussi limitée, mieux vaut également vous constituer votre propre bas de laine: c’est le quatrième pilier de la pension. Ce dernier peut prendre la forme:

  • de placements mobiliers: fonds de placement, sicav, actions, obligations, bons de caisse, assurances vie…
  • d’investissements immobiliers: disposer de votre propre maison représente un revenu épargné, puisque vous ne devrez pas payer de loyer. Après le remboursement de votre crédit hypothécaire, vous n’avez donc plus aucun paiement mensuel à effectuer. Bien sûr, vous devrez encore assurer l’entretien et la rénovation de votre bien. De nombreux particuliers investissent aujourd’hui dans l’achat de biens immobiliers supplémentaires dont les loyers constituants un complément de revenu: appartements, kots étudiants, garages…
  • de placements immobiliers: vous pouvez également investir dans des sociétés immobilières réglementées. Ces placements présentent l’avantage d’être accessibles pour des montants moins importants et d’offrir une plus grande diversification.

Il existe de nombreuses possibilités de placement et toutes ne sont sans doute pas adaptées à votre situation et à votre profil d'investisseur.

Un bon entretien avec votre agent bancaire ou un expert en placements vous permettra de déterminer ce qui vous conviendra le mieux.