HomeEmprunterComment maîtriser le coût du logement?

Comment maîtriser le coût du logement?

Pour la plupart des gens, faire construire une maison ou un appartement représente un investissement important. Heureusement, il existe des astuces pour alléger la note.

Le 20 février a débuté une nouvelle édition du Salon Batibouw à Bruxelles. En deux semaines, quelque 300.000 candidats bâtisseurs se rendront au Heysel pour découvrir les dernières tendances de la construction.

L’un des thèmes de cette année est "l’habitat abordable". Rien d’étonnant car il est de plus en plus coûteux de se loger. Ce constat ne s’applique pas uniquement à la construction même, mais également aux frais énergétiques, qui occupent une grande place dans le budget des ménages belges.

Mais tout espoir n’est pas perdu, vous pouvez prendre de nombreuses mesures pour maîtriser ces coûts. Améliorer le score énergétique de votre habitation constitue l’un des meilleurs investissements à réaliser. Les pouvoirs publics vont même en faire une obligation, en partie du moins.

Bâtiments quasi énergétiquement neutres

En effet, la Commission européenne impose qu’à partir du 1er janvier 2021, tous les nouveaux bâtiments de notre pays soient quasi énergétiquement neutres. Cela signifie que leur consommation d’énergie devra s’approcher de zéro et que la faible quantité d’énergie encore nécessaire devra provenir principalement de sources renouvelables (énergie solaire ou éolienne, pompes à chaleur…).

Pour remplir cet objectif, il faut isoler les bâtiments au maximum: toiture, châssis, murs (intérieurs, extérieurs ou creux) et sols. Le coût de tels travaux dépendra évidemment de nombreux facteurs. Citons notamment l’élément à isoler, sa surface et le matériau utilisé. Mais les résultats seront visibles immédiatement: vos factures énergétiques seront allégées.

Tranquille pendant des dizaines d’années

Vous pouvez aussi prévoir d’autres aménagements comme faire installer une chaudière à condensation ou investir dans une pompe à chaleur pour chauffer votre logement. Il s’agit d’une bonne idée, mais sachez que le rendement de ces investissements sera inférieur à celui de l’isolation. En effet, une chaudière à condensation ou une pompe à chaleur a une durée de vie moins longue que les matériaux d’isolation dont vous pourrez profiter pendant des dizaines d’années.

Surcoût compensé

Bien sûr, ces aménagements ne sont pas gratuits et occasionnent souvent des frais supplémentaires. Bouwunie, la fédération flamande des PME dans la construction, a calculé que faire passer le score énergétique d’une maison mitoyenne de 2009 d’un niveau E100 à un niveau E30 entraînait un surcoût de quelque 35.000 euros.

Mais à long terme, vous le compensez et vous amortissez votre investissement. Même si vous vendez votre logement par la suite, son isolation et son score énergétique faible seront des atouts majeurs pour convaincre les futurs acquéreurs. Surtout maintenant que la remise d’un certificat de performance énergétique est obligatoire en cas de location ou de vente d’un bien immobilier!

Aide des pouvoirs publics

Heureusement, pour vous aider à financer ces investissements, les pouvoirs publics proposent des dizaines de subventions, primes, aides à la construction, à la rénovation ou à l’achat d’une habitation.

Ces aides dépendent évidemment de votre projet et de l’endroit où vous habitez. Parce que désormais, l’octroi de la plupart des primes ressort des compétences régionales. Simplement les énumérer ne servirait donc à rien...

En revanche, le portail Belgium.be reprend un aperçu complet des sites Web sur lesquels vous retrouverez ces primes (pour les trois régions): http://www.belgium.be/fr/logement/construire_et_renover/primes/

Le rêve belge est-il devenu un cauchemar?

Une tout autre piste de réflexion pour maintenir l’habitat abordable, concerne le  candidat constructeur. Le rêve belge consiste à posséder une villa isolée avec un grand jardin. Mais est-ce vraiment nécessaire de poursuivre ce rêve?

De nos jours, il existe de nombreux habitats où les frais de construction sont partagés, ce qui permet de réaliser des économies. Citons, par exemple, les habitats groupés comprenant un jardin commun, la cohabitation – où certaines pièces sont partagées par plusieurs familles – ou encore les "habitats kangourou" – où une maison unifamiliale est divisée en deux entités (souvent destinées aux parents et à un jeune couple).

Achat groupé

Une autre piste intéressante est l’achat groupé d’un bâtiment. Le site Web belge Shaipz.com est le spécialiste en la matière. Vous pouvez y décrire le type d’habitation recherché et le quartier ciblé. Vous serez ensuite mis en contact avec d’autres personnes intéressées et pouvant déjà vous proposer un bâtiment à acheter en groupe.

Avec un peu de créativité, il est tout à fait possible de maîtriser le coût du logement!