HomeÉpargner malinComment contrôler le budget de votre ménage malgré l’inflation?

Comment contrôler le budget de votre ménage malgré l’inflation?

Bon nombre d’entre nous ont la même impression: le coût de la vie ne cesse d’augmenter. Mais cette impression est-elle simplement le fruit de notre imagination ou reflète-t-elle réellement ce qui se passe dans le budget des ménages? Et si tel est le cas, dans quelle mesure pouvons-nous réagir et comment? 

Si vous surveillez le budget de votre ménage depuis plusieurs années, vous aurez certainement constaté ce qui suit: aujourd’hui, avec 100 euros, vous remplissez bien moins votre caddie qu’il y a cinq ans. A qui la faute ? En grande partie, à l’inflation, bien sûr. A l’augmentation générale des prix de nombreux biens et services.

Et le panier de la ménagère?

À l’heure actuelle, le taux d’inflation est de 1,11%. Pour l’année 2012, il s’élevait à 2,84%. Traduisons: en 2012, les biens et services ont coûté en moyenne 2,84% plus cher qu’en 2011. Pour illustrer ces augmentations, le CRIOC, le Centre de Recherche et d’Information des Organisations de Consommateurs, se réfère à une mesure précise, le ‘panier de la famille’. Cet indice repose sur le prix d’une centaine de produits couramment utilisés par une famille (l’alimentation, les transports, l’enseignement, les assurances, les loyers, etc). L’évolution des prix est systématiquement tenue à jour. Ce panier a été constitué pour la première fois en septembre 2008. Il valait 573,26 euros. Lors de la dernière estimation, en juin 2012, il était passé à 617,77 euros.

“Cet indice n’est pas une alternative à l’indice des prix à la consommation ou à l’indice santé, mais un indicateur de prix”, précise le porte-parole du CRIOC, Peter Beda. “Il est une manière simple de faire savoir si le coût de la vie a augmenté ou diminué. Ce panier n’est malheureusement plus évalué depuis peu, faute d’économiste au CRIOC pour le moment.”

Le coût élevé de l'alimentation

Le rapport annuel de l’Observatoire des Prix du SPF Economie révèle qu’en Belgique, les prix augmentent plus rapidement que chez nos voisins. Nos produits alimentaires ont augmenté de 3,1%, principalement en raison du coût plus élevé des matières premières. L’énergie coûte, en moyenne, 6% plus cher, toutefois bien moins qu’en 2011 où le sommet de 17% avait été atteint. Le gel des prix de l’énergie décidé par le gouvernement a certainement pesé dans la balance.

Le repas à la cantine: à éviter

Mais que faire pour diminuer l’impact de ces augmentations dans notre portefeuille? “Les possibilités ne manquent pas”, dit Beda. “L’argent destiné au ménage est déjà un premier outil. Réduire sensiblement la somme que l’on consacre aux dépenses quotidiennes est une première possibilité. Il est possible d’orienter soi-même ces dépenses sans trop de difficultés, contrairement aux charges fixes (le loyer, …). Les achats à l’origine de ces dépenses sont surtout liés à des habitudes. Prenons un exemple: il est devenu courant de manger le lunch à la cantine. Pourquoi ne pas emporter des tartines? Voilà un moyen d’économiser des centaines d’euros par an. Quant aux grandes surfaces, qui prête encore attention aux prix qui y sont pratiqués. Là aussi, la source d’économie est importante. Retirer chaque semaine un montant fixe pour les courses de la semaine et s’y tenir est une solution très efficace. Quand le portefeuille est vide, il est vide. Une liste de courses est aussi un bon moyen de contrôler son budget. Elle évite les achats impulsifs.