HomeInvestir sur mesureBaromètre des Investisseurs d’ING: La crise durera encore quelques années selon l’investisseur belge

Baromètre des Investisseurs d’ING: La crise durera encore quelques années selon l’investisseur belge

Le Baromètre des Investisseurs d’ING mesure chaque mois la confiance des investisseurs particuliers belges. En septembre, il a révélé que ces derniers s’attendaient à ce que la crise dure encore quelques années.

Le Baromètre des Investisseurs d’ING fait du surplace depuis juin. Le fait que le baromètre reste nettement inférieur à son niveau neutre montre que l'investisseur belge fait preuve d'une certaine réserve. C’est probablement dû à la morosité conjoncturelle ambiante. Ainsi, 41% des sondés considèrent que l’économie belge s’est affaiblie au cours des derniers mois. Seuls 20% ont ressenti une amélioration. L’enthousiasme est encore moins de mise en ce qui concerne l’avenir.

À la question de savoir combien de temps la crise va encore durer, 43% des investisseurs belges répondent qu’elle ne prendra pas fin avant 2016 au plus tôt. Plus de 90% des sondés estiment que le gouvernement belge va très probablement devoir encore prendre d’importantes mesures structurelles ces prochaines années. Et 40% d’entre eux considèrent un recul du niveau de vie comme inévitable. À en croire l’investisseur belge, ce sont les jeunes qui rencontreront le plus de difficultés.

Les investisseurs belges hésitent à acheter des actions. À peine 21% d’entre eux s’attendent à une progression de la Bourse de Bruxelles ces prochains mois, alors que 38% craignent un repli. Notons toutefois que la disposition à prendre des risques a très légèrement augmenté. Ainsi, 25% des investisseurs jugent le moment opportun pour s’engager dans des secteurs moins risqués. Par ailleurs, 22% estiment que le moment est venu d’acheter des obligations.

Le manque d’enthousiasme vis-à-vis des obligations est aussi dû à l’augmentation du précompte mobilier, même si l’effet semble limité. Ainsi, 18% des Belges interrogés déclarent avoir adapté leurs investissements en raison de cette augmentation. Ce sont visiblement les livrets d’épargne et les assurances-vie qui en ont surtout profité.

Source: le Baromètre des Investisseurs d’ING par Peter Vanden Houte, Chief Economist, www.ing.be