HomeGérer mon argentAdieu aux pièces de 1 et 2 cents

Adieu aux pièces de 1 et 2 cents

"Pas pratiques… Trop coûteuses à gérer… Trop peu utilisées…" Les consommateurs et les commerçants l’ont fait savoir: ils n’aiment pas les pièces de 1 et 2 centimes d’euros. Le gouvernement les a entendus. Il prévoit de supprimer ces petites pièces de monnaie.

Sur proposition du ministre des Finances Koen Geens, le Conseil des Ministres a récemment approuvé un avant-projet de loi autorisant les commerçants à arrondir vers le haut ou vers le bas le montant des paiements en centimes d’euro. Les pièces de 1 et 2 cents devraient ainsi peu à peu disparaître. Une étude a en effet démontré que respectivement 91% et 83% des consommateurs souhaitent la suppression des pièces de 1 et 2 cents.

Prix arrondis

"À terme, l’application de règles d’arrondi conduira à l’extinction progressive de ces piécettes", explique Davine Dujardin, porte-parole du ministre Koen Geens. "Les commerçants arrondiront les prix sur une base volontaire. Ils devront cependant suivre une certaine logique. Ainsi, si le montant total sur le ticket de caisse finit par 1, 2, 6 ou 7 cents, ils pourront l’arrondir au multiple de 5 cents inférieur. A contrario, s’il termine par 3, 4, 8 ou 9 cents, ils pourront l’arrondir au multiple de 5 cents supérieur."

Illustrons ces règles à l’aide de 3 exemples:

  • si le montant total de votre ticket de caisse est de 60,01 ou 60,02 euros, vous n’en payerez effectivement que 60;
  • si le montant total est de 60,03, 60,04, 60,06 ou 60,07 euros, vous débourserez 60,05 euros;
  • enfin, si le montant total est de 60,08 ou 60,09 euros, vous devrez en payer 60,10.

Sur le montant total uniquement

"Attention", prévient Davine Dujardin, "le principe d’arrondi ne s’appliquera qu’au montant total mentionné sur le ticket de caisse. Pas sur le prix individuel des produits, qui ne sera pas modifié. Il n’y aura donc pas d’inflation, comme l’a déjà confirmé une étude de la Banque nationale. Par ailleurs, le système aura un caractère volontaire. Les commerçants ne seront pas obligés d’y prendre part."

Mais le système serait, apparemment, très avantageux. Il permettra aux commerçants de réaliser d’importantes économies, tandis que les consommateurs seront débarrassés de ces pièces peu pratiques.

Des milliards de piécettes

À ce jour, près de 1,4 milliard d’euros en pièces de 1 et 2 cents est en circulation. Le nombre de pièces ne cesse de croître car elles sont à peine réutilisées. Elles se retrouvent, pour la plupart, dans une tirelire ou perdues dans la nature. Au grand dam des commerçants, qui doivent sans cesse se réapprovisionner en piécettes pour pouvoir en rendre, alors qu’ils n’en reçoivent eux-mêmes que très peu. 

De plus, le coût de production de ces pièces pour le Trésor est supérieur à leur valeur faciale. À ce coût, il faut encore ajouter les frais de transport et de traitement, eux aussi élevés, pour les banques et la Banque nationale.

Une loi imminente 

La proposition de loi est maintenant soumise à l’avis du Conseil d’État et du Conseil de la Consommation. Il est prévu qu’elle soit approuvée par le parlement avant la fin de la législature.